Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles veut un nouveau jour férié, légal et payé

Une nouvelle proposition a été déposée par la majorité bruxelloise, demandant l’institutionnalisation du 8 mai comme jour férié, légal et payé.

Temps de lecture: 2 min

Le parlement bruxellois demande que le 8 mai devienne un jour férié légal et payé, pour commémorer la victoire de la démocratie sur le fascisme.

La majorité a adopté vendredi, à l’unanimité, une proposition de résolution déposée par les partis de la majorité – Open VLF, Défi, PS, One.Brussels, Groen et Ecolo. Deux députés se sont abstenus.

Selon Guy Vanhengel (Open Vld), à l’initiative de la démarche, depuis 1974, le 8 mai n’est plus un jour férié payé en Belgique. Mais la Région de Bruxelles-capitale a repris la date pour célébrer la Fête de l’Iris, en raison de sa portée historique et symbolique, à savoir la capitulation du régime nazi allemand en 1945. Il s’agissait ainsi, entre autres, de faire comprendre que celle-ci était ouverte à toutes les cultures et s’oppose à toutes les formes d’extrémisme.

Un jour férié fondé sur les valeurs démocratiques

La proposition bruxelloise se fonde sur l’engagement du Fédéral, dans son accord de gouvernement, d’offrir aux entités fédérées « la possibilité de transformer leur jour férié en congé payé », sans coût budgétaire supplémentaire.

Dans sa résolution, le parlement régional demande au gouvernement bruxellois d’opter explicitement pour le 8 mai comme jour férié payé, et que lors d’un tel jour férié les valeurs démocratiques sur lesquelles sont bâtis le pays et la Région bruxelloise soient mises en valeur.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 3 juillet 2022, 20:46

    @Van Obbergen Paul, Vous avez en partie raison quoique 80% des troupes allemandes étaient sur le front de l'est sans quoi le débarquement allié aurait échoué ou occasionné des pertes effroyables; ceci dit , l'absence de la France à Yalta était plus que logique car après une lamentable capitulation suivie d'une collaboration très officielle, il faudrait expliquer en quoi leur présence aurait pu se justifier , d'ailleurs si la France fut admise à titre d'observateur à la cérémonie du 09 mai à Berlin, ce qui fit sourire Keitel , ce ne fût que sur l'insistance de Churchill , Staline estimant ensuite que les Anglais devraient renoncer à une part de leur territoire d'occupation s'ils voulaient faire ce cadeau aux Français...On voit donc mal la justification de la rancune gaullienne à l'égard des USA si on se réfère aux seuls événements de la guerre. Quant à Chirac , il a eu l'intelligence de refuser cette intervention en Irak ce dont tout esprit honnête lui sait gré.

  • Posté par Adolphe BoniZeur, journaliste citoyen et fact-checker, dimanche 3 juillet 2022, 11:29

    C'est l'Armée Rouge de Staline qui a vaincu le Troisième Reich, mais que pour les satrapes ignorants de Bruxelles, le Stalinisme soit la Démocratie, je comprends 100%.

  • Posté par Van Obberghen Paul, dimanche 3 juillet 2022, 11:47

    Non, l'Armée Rouge de Staline n'a pas vaincu le 3e Reich. Les alliés, dont la Russie Soviétique faisait partie, on vaincu le 3e Reich. C'est à Yalta que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Union Soviétique ont décidé de partager l'Europe en 2 zones d'influence, en l'absence de la France, du reste, ce qui a profondément ulcéré De Gaulle à un point tel qu'il en a gardé un sentiment anti-américain encore alimenté par le refus des Etats-Unis d'aider la France dans ses guerres coloniales. Il en a été jusqu'à retirer la France du commandement intégré de l'OTAN. Aussi parce que la France n'avait pas obtenu que le Siège soit installé à Paris, ce qui l'a achevé, si j'ose dire. Cette anti-américanisme reste profondément ancré en France, que ce soit à gauche, à droite ou au centre (dont Macron qui déteste les Etats-Unis) et il perdure jusqu'à ce jour. Les Etats-Unis ne se privent pas de rendre sa pareille à la France et n'a pas oublié, loin s'en faut, que Chirac avait refusé d'aider les Etats-Unis dans sa guerre contre l'Irak. La pillule n'est toujours pas passée, ni d'un côté, ni de l'autre.

  • Posté par Van Obberghen Paul, dimanche 3 juillet 2022, 11:09

    Il n'y a pas de victoire de la Démocratie sur le Fascisme, ou sur toutes autres formes de totalitarisme ou autocratisme. C'est un combat permanent, et force est de constater que la Démocratie n'a pas souvent le dessus sur les champs de bataille, voir même qu'elle perd des batailles importantes (Hongrie, Pologne, Turquie, Brésil, Inde,... ). Sans parler de l'Ukraine, ou la bataille est une guerre en bonne et due forme. La bataille suprême (si j'ose dire) se tient actuellement aux Etats-Unis, et si la Démocratie perd cette bataille stratégique-la, c'en est fini de la Démocratie en général, qui ne survivra plus que dans quelques pays d'Europe avant de disparaître définitivement. Célébrer la victoire de la Démocratie sur le Fascisme n'a pas de sens, parce que la guerre est loin, très loin d'être gagnée, si jamais elle peut l'être.

  • Posté par Ceviki Miyovo, dimanche 3 juillet 2022, 11:30

    vous aimez bien vous entendre parler hein

Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo