Accueil Belgique Politique

Formation des profs: la CSC demande que le politique agisse

Un groupe de travail a proposé de porter la formation du prof à 5 ans. Les recteurs jugent l’affaire impayable. Mais pour le syndicat, l’allongement est la clé de toute rénovation de l’école.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Pendant de longs mois, les acteurs de l’école (syndicats, pouvoirs organisateurs, experts…) ont repensé la formation initiale des maîtres. La réflexion a été engagée sous la précédente législature, par Jean-Claude Marcourt (PS), ministre de l’Enseignement supérieur. Elle a abouti il y a une grosse année.

Actuellement, les instituteurs (maternels/primaires) et les régents (secondaire inférieur) sont formés en 3 ans, à l’école normale. Les licenciés (secondaire supérieur) sont, eux, formés en 5 ans, à l’université. Le groupe de travail créé par Marcourt propose (notamment) de généraliser la formation à 5 ans, estimant que les maîtres sont désormais confrontés à une série de difficultés qui n’existaient pas, ou peu, ou différemment, il y 30/40 ans d’ici. Bref : il faut tout revoir (les contenus) et épaissir la formation.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par luigi cafagna, lundi 13 juin 2016, 18:19

    Finalement l'enjeu principal est-ce la progression des élèves ou le salaire de enseignants car ce salaire c'est l'affaire de l'exécutif pas celui des unifs!

  • Posté par Marie Jaspers, dimanche 12 juin 2016, 23:56

    Le problème de qualité des enseignants est un problème de niveau de recrutement:selon le rapport McKinsey,54 % des candidats instituteurs et 28 % des candidats régents sortent du qualifiant.Un allongement des études de deux ans ne changera pas le niveau.En Finlande les candidats enseignants subissent un examen très sélectif.Le taux de réussite est de 1 sur 10.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs