Accueil La Une

Wimbledon: prisonnier de son personnage, Nick Kyrgios veut s’en libérer

A Church Road, le trublion australien reste fidèle à lui-même sur la forme, mais délivre des messages de fond. Le début de la maturité ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Cheveux bruns ondulés de la même couleur que son pantalon et chemisier blanc légèrement entrouvert, Costeen Hatzi est là, à un siège de nous. Stupéfaction. La grande salle d’interview du centre dévolu aux médias à Wimbledon ne serait donc pas seulement la propriété des athlètes et des journalistes. On imagine pourtant mal Mirka Federer et Jelena Djokovic perchées tout en haut de la pièce à écouter leurs légendaires époux. Mais que ce soit avec Nick Kyrgios ou son entourage, il semblerait que l’on ne soit jamais à l’abri d’un coup d’éclat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en La Une

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs