Accueil Opinions Cartes blanches

Lutte contre l’antisémitisme: des «progressistes» pyromanes?

Dans une carte blanche au « Soir », des représentants d’organisations de la société civile appelaient à se munir des bons outils pour lutter contre l’antisémitisme, et alertaient sur les tentatives d’instrumentaliser ce combat pour empêcher toute critique d’Israël. « Ce ne sont pas les Israéliens et/ou Juifs sionistes qui sont responsables de l’antisémitisme », rétorquent Joël Kotek et Nicolas Zomersztajn.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Il y a quelques jours, un collectif d’organisations supposées progressistes a publié une énième carte blanche « antisioniste » (« Le gouvernement israélien, pompier pyromane de la lutte contre l’antisémitisme »). Son objectif : empêcher les municipalités belges de voter une résolution préconisant l’adhésion à la Stratégie européenne de lutte contre l’antisémitisme et au maintien de la vie juive en Europe. En cause le lien fait par le texte proposé et adopté par la Commission européenne avec la définition non contraignante de l’antisémitisme de l’IHRA, cette organisation intergouvernementale dédiée à l’étude de la Shoah et des crimes nazis. A les croire, cette définition serait « problématique » parce qu’elle interdirait la… critique d’Israël.

La réalité nous oblige à affirmer que ses détracteurs ont tout faux. S’il ne fallait qu’une seule phrase pour le démontrer, il suffirait de citer le troisième paragraphe de la définition supposée attentatoire à la critique d’Israël : « L’antisémitisme peut se manifester par des attaques à l’encontre de l’État d’Israël lorsqu’il est perçu comme une collectivité juive. Cependant, critiquer Israël comme on critiquerait tout autre Etat ne peut pas être considéré comme de l’antisémitisme ». L’utilisation du verbe « pouvoir » signifie tout simplement qu’une critique présentée comme antisioniste « peut » se révéler en certaines circonstances antisémite, ce que d’ailleurs ne nie nullement la déclaration (concurrente) de Jérusalem qui reconnaît, elle aussi, que l’antisémitisme et le langage anti-israélien vont parfois de pair. Dont acte !

La victime en accustation

On doit donc légitimement s’interroger sur la bonne foi de nos signataires et ce, d’autant plus qu’en son premier paragraphe, la définition de l’IHRA se pose comme non… contraignante, d’où sa qualification de définition « opérationnelle ». La définition si décriée n’est qu’un outil informel qui ne restreint en rien la liberté d’expression. Que nos acteurs de la vie civile se rassurent, ils pourront toujours continuer à vomir sur le seul Etat juif de la planète sans risquer le moindre procès et, pour la plupart d’entre eux, s’abstenir de critiquer les dictatures russe et chinoise, tellement respectueuses des droits humains. Le titre de la carte blanche suffirait à caractériser l’incroyable perversité de ses auteurs. A les suivre, les Israéliens et/ou Juifs sionistes seraient largement responsables de l’antisémitisme. Tout comme les femmes impudiques seraient la cause première des viols, les caricaturistes blasphémateurs, des attentats islamistes et l’Otan fauteur-de-guerre, des massacres en Ukraine. Quoi de plus rassurant d’accuser les victimes, de la haine et des crimes qu’ils subissent ! C’était déjà l’argument principal des antisémites d’antan qui en viendront progressivement à nier à ces Juifs « à la nuque raide », à ces déicides (Pierre l’Ermite), à ces financiers (Proudhon), à ces cosmopolites (Staline) le droit à l’existence pure et simple.

Des chiffres éloquents

Oui, nous vous l’accordons, nos signataires ne stigmatisent que les « mauvais Juifs », entendez les Israéliens sionistes mais ces belles âmes savent-elles seulement d’où sont originaires ces hommes qu’ils chargent de tous les péchés du monde ? Nous vous/le leur confions en toute discrétion : les Israéliens ne sont pas plus des « blancs » que des extraterrestres mais des Juifs de Pologne, de Russie mais aussi d’Afghanistan, d’Egypte, d’Irak de Lybie, du Maroc, du Liban, de Syrie, du Soudan : des Juifs qui n’avaient d’autre choix que de trouver une terre d’asile, c’est-à-dire la Judée, la Terre d’un certain Jésus. Tandis qu’Israël compte 20 % d’Israéliens chrétiens et musulmans, nos signataires savent-ils seulement que 99 % des Juifs du monde arabe se sont évaporés. Cette évidence permet de comprendre en quoi l’Etat d’Israël est légitime dans sa volonté de protéger ce qui reste de la diaspora. « Reste », car dans notre belle Europe, il ne reste tout au plus qu’un 1,3 million de Juifs contre 11 millions en 1939. Bref, il n’y a pas de pires aveugles que ceux qui ne veulent pas voir. Il va sans dire qu’Israël n’est pas la cause de l’antisémitisme mais bien sa conséquence ultime. Si Israël s’est imposé aux Juifs, c’est à cause, hier, d’Isabelle la Catholique, d’Hitler, de Staf De Clercq, de Léon Degrelle, de Staline, de Nasser et aujourd’hui de Poutine, d’Erdogan et, oui, de nos chers antisionistes radicaux tout à leur obsession, fragilité blanche oblige !, du seul Etat juif de notre planète dont ils appellent à la destruction pure et simple.

Un Etat légitime

Israël Etat est-il un raciste ? Est-il un Etat pratiquant l’apartheid ? Mais comment expliquer la participation d’un parti musulman dans le dernier gouvernement israélien ? La présence d’un Israélien arabe à la Cour suprême ? D’élections à la proportionnelle pure où chaque citoyen, indépendamment de son appartenance religieuse, compte pour une voix ? Et serait-ce vraiment Israël qui aurait empêché la création d’un Etat palestinien en 1947 ? Mais comment expliquer qu’en 1947, les Palestiniens… juifs acceptèrent le plan de partage voté par les Nations unies qui entendait partager la Palestine mandataire en deux Etats mais pas les Palestiniens, majoritairement musulmans, sans compter tous les Etats arabes qui choisirent d’envahir de toutes parts le futur Etat juif ? Oui, l’Etat d’Israël est légitime, tout comme l’est l’Etat palestinien que nous appelons de nos vœux. Oui, nos élus se doivent d’adopter au plus vite le plan stratégique proposé par l’Union européenne. La lutte contre l’antisémitisme est l’affaire de tous.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 4 juillet 2022, 19:31

    Bravo ! Il faut dénoncer sans relâches les apologistes de l'antisémitisme !

  • Posté par collin liliane, lundi 4 juillet 2022, 15:15

    Belle réponse.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une