Accueil

La petite histoire

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Le charme discret de la bourgeoisie est sorti dans les salles le 15 septembre 1972. Un succès : 1.490.924 entrées au box-office. Antépénultième film de Luis Buñuel – il ne tournera plus que deux fois –, il rassemblait notamment au casting Stéphane Audran, Jean-Pierre Cassel, Fernando Rey, Bulle Ogier, Claude Piéplu et Delphine Seyrig.

L’intrigue est née d’une anecdote racontée par le producteur Serge Silberman qui avait décidé d’organiser un banquet dans son appartement… et oublié de rentrer chez lui, posant involontairement un lapin à ses invités. Le scénario (5 versions différentes) a été écrit conjointement avec Jean-Claude Carrière que Buñuel connaissait depuis Le Journal d’une femme de chambre en 1964.

A l’instar d’Un Chien andalou (1928), le titre du film se construit par jeu sur une improbable association de mots discordants. Démarche profondément surréaliste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs