Accueil Monde Proche-Orient

Egypte: douche froide pour la libération d’Ahmed Samir Santawy

L’Egyptien, dont la compagne vit en Belgique, a de nouveau été condamné à 3 ans de prison. Ses proches espèrent une grâce du président Al-Sissi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Il a fallu modérer ses espoirs. Ce nouveau procès n’a pas permis la libération d’Ahmed Samir Santawy. Le chercheur égyptien, emprisonné dans les geôles de son pays depuis un an et demi, a une nouvelle fois été condamné, à 3 ans de prison cette fois.

Sa compagne, Souheila Yildiz, disait avant le verdict espérer un pardon présidentiel, qui permettrait au régime de garder la face. « Il s’agit là d’une terrible nouvelle pour Ahmed Samir, mais également pour sa famille, ses proches et sa compagne, Souheila, qui n’espérait rien tant que l’embrasser à nouveau le jour de son anniversaire », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. « Cette condamnation est une farce cruelle, totalement contraire aux droits humains. Ahmed Samir aurait dû être acquitté et libéré immédiatement et sans condition. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs