Accueil Société Enseignement

Echec massif en psycho à l’UCLouvain: les fédérations étudiantes avancent une explication

Seuls quatre des 751 étudiants inscrits ont réussi au terme de la session de juin, ce qui représente un taux de réussite de 0,53%, selon les chiffres avancés par le Comac, mouvement étudiant du PTB.

Temps de lecture: 2 min

La Fédération des étudiants francophones (FEF) et l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL) se sont jointes au Bureau des étudiants de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’UCLouvain pour dénoncer le manque de financement de l’enseignement supérieur dans un communiqué paru mardi. Elles regrettent les sorties médiatiques de l’UCLouvain et de la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR) sur le très faible taux de réussite en Bac1 de psychologie.

Seuls quatre des 751 étudiants inscrits ont réussi au terme de la session de juin, ce qui représente un taux de réussite de 0,53%, selon les chiffres avancés par le Comac, mouvement étudiant du PTB. L’UCLouvain et la ministre, de leur côté, relativisent ces chiffres.

Ce taux d’échec élevé s’explique par un manque de moyens, financiers et humains, pour assurer un encadrement et des évaluations pédagogiques innovantes et adéquates, estiment la FEF et l’AGL dans un communiqué commun. Pour les représentants des étudiants, l’UCLouvain tente de justifier et de normaliser l’hécatombe de la première session.

Les organisations étudiantes réclament un véritable refinancement public de l’enseignement supérieur et une révision du mode actuel de l’allocation budgétaire par enveloppe fermée.

La ministre et les autorités universitaires tiennent les étudiants pour seuls responsables de cette situation, déplorent l’AGL et la FEF. L’année passée, face à un taux d’échec de 0,7% selon les chiffres du Comac, ces dernières avaient déjà tiré la sonnette d’alarme sur le manque de ressources disponibles pour l’enseignement supérieur.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Kolp Manuel, mardi 5 juillet 2022, 16:21

    ... "Fédération des étudiants francophones (FEF)", ... "l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL)" ... "Bureau des étudiants", ... le Comac, mouvement étudiant du PTB"... Ca va, c'est pas la peine d'aller plus loin. Abreuvés aux concepts de l'enfant-roi, wokisme, cancel culture, moindre effort, y compris par toute une frange des universités et on a compris.

  • Posté par Christian BOULET, mardi 5 juillet 2022, 14:56

    Le niveau attendu dans le secondaire et la "bienveillance" instillée pas les pédagogues (secte nuisible de plus en plus influente) sont sans doute un élément explicatif. Il faut aussi dire que de nombreux "apprenants", qui savent à peine épeler leur nom sans faute en fin de sixième, sont persuadés (parfois pas des enseignants de filières de relégation du style animation) qu'ils peuvent s'inscrire à l'université...

  • Posté par massacry olivier, mardi 5 juillet 2022, 21:09

    Oh que voila la belle explication, comment expliquer alors que seule une filière d'une seule université soit à ce point touché...?

  • Posté par Dupont Vincienne, mardi 5 juillet 2022, 16:08

    C’est exactement cela.

  • Posté par collin liliane, mardi 5 juillet 2022, 15:15

    + 1. Les pédagogues actuels sont persuadés que l'exigence n'est rien d'autre qu'une forme de torture mentale.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Caroline Pauwels (VUB) est décédée

L’ancienne rectrice de la VUB Caroline Pauwels est décédée vendredi 5 août à l’âge de 58 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années d’un cancer de l’estomac et de l’œsophage.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une