Accueil Culture Cinéma

François Ozon à propos de «Peter von Kant»: «Fassbinder m’a aidé à devenir celui que je suis»

Le réalisateur français revisite « Les Larmes amères de Petra von Kant », le classique de Rainer Werner Fassbinder et transforme Petra en Peter. Au centre de cette relecture : le fascinant Denis Ménochet.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

J’ai découvert Fassbinder lorsque j’étais étudiant en cinéma et que je me cherchais. Voir son travail, rempli de liberté, a été une vraie expérience pour moi. Je ne l’ai bien sûr pas rencontré mais j’ai découvert ses films. Et je pense qu’il m’a aidé à devenir celui que je suis. Il est presque comme un grand frère pour moi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs