Accueil Monde Europe

Royaume-Uni: Boris Johnson affirme qu’il veut «continuer» malgré une cascade de démissions

Après les démissions des ministres de la Santé et des Finances, ce sont deux secrétaires d’Etat et le ministre de l’Education qui ont lâché le Premier ministre Boris Johnson. Mais celui-ci ne compte pas quitter son poste de Premier ministre.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé mercredi sa détermination à « continuer » le mandat qui lui a été confié, malgré les démissions en cascade au gouvernement qui l’affaiblissent sur fond de scandales à répétition.

« Nous allons continuer à remplir le mandat qui m’a été confié », a déclaré le chef du gouvernement lors d’une séance hebdomadaire de questions au Parlement, particulièrement électrique. « Le travail d’un Premier ministre dans des circonstances difficiles, quand un mandat colossal lui a été confié, est de continuer, et c’est ce que je vais faire », a-t-il ajouté.

Un Premier ministre affaibli

Fragilisé par des démissions qui se succèdent dans son gouvernement, le Premier ministre Boris Johnson se bat pour sa survie politique, passant sur le gril des députés britanniques mercredi.

Premiers à partir, les ministres de la Santé Sajid Javid et des Finances Rishi Sunak ont annoncé à quelques minutes d’intervalle leur démission mardi soir, lassés des scandales à répétition qui secouent le gouvernement depuis des mois.

Dans la foulée, d’autres membres du gouvernement moins haut placés ont eux aussi jeté l’éponge, dont trois secrétaires d’Etat mercredi, portant le nombre total de départs à plus d’une douzaine.

Dernier en date à partir, le secrétaire d’Etat aux Finances John Glen a sèchement motivé sa démission par un « total manque de confiance » dans le Premier ministre.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, mercredi 6 juillet 2022, 14:11

    Il s'accroche à son siège envers et contre tout le Bojo... aurait-t-il des politiciens belges parmi ses ascendants?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mercredi 6 juillet 2022, 16:36

    Vous savez, en France, après avoir été élu par défaut, Macron a été désavoué et en tout cas remis à sa place aux législatives. Résultat: un changement de cap? Même pas. Ils cherchent tous les artifices disponibles pour faire comme si la composition de l’Assemblée n’avait pas changé. En réalité, toutes les élites européennes sont entrées en mode Juncker (« si c’est oui, c’est oui, si c’est non, nous continuerons quand même »).

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une