Accueil Belgique Politique

Marre de l’index, la FEB sur les nerfs

Pour le patronat, Pieter Timmermans décrit une situation économique quasiment apocalyptique. Au secours la compétitivité ! Il faut « toucher à l’indexation automatique des salaires ». Thierry Bodson (FGTB) : « Non merci ». Ahmed Laaouej (PS) : « D’aucune façon ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

La FEB ne lésine pas, elle dépeint la situation économique du pays sur un registre quasi apocalyptique. Il fallait entendre Pieter Timmermans, administrateur délégué, et Edward Rosens, chief economist, mercredi au siège de l’organisation patronale. Un long « cri d’alarme » : la croissance est au plancher, les investissements des entreprises se réduisent, les exportations itou, la compétitivité n’en parlons pas, plutôt si… « Le Bureau du plan indique que nous aurons six indexations des salaires cette année en Belgique, explique le chief economist. Les coûts salariaux s’envolent : +11 % en 2022-23 à politique inchangée. Et l’on peut arriver à des niveaux de 10 % à 15 % d’inflation à l’automne. Si l’on ne fait rien, nous entrerons en récession ». Un scénario plausible certainement si la guerre en Ukraine devait se poursuivre. « Nous allons droit dans le mur », re-prévient Pieter Timmermans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 7 juillet 2022, 17:15

    La FEB a raison. Mais c'est difficile à comprendre pour ceux qui ne voient que leur salaire, ne comprennent rien à l'économie et s'en fichent d'ailleurs totalement.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 7 juillet 2022, 19:11

    La FEB a tort. Mais c'est difficile à comprendre pour celui qui est biberonné au lait de M. Bouchez, ne voit que ses bénéfices personnels et ne comprend rien à l'économie et s'en fiche d'ailleurs totalement.

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , jeudi 7 juillet 2022, 8:31

    Une entreprise qui fait peu voir pas de bénéfices c est possible. Produire et payer les salaires voila les objectifs d une entreprise. Les bénéfices sont secondaires. Alors qu on arrête de parler de compétitivité internationale en temps de crise. réduisez vos marges, vous serez plus compétitifs.

  • Posté par Houbart Philippe, jeudi 7 juillet 2022, 0:55

    Marre que tous ces gros patrons et leurs actionnaires s'en mettent pleins les poches pendant que nous les ouvriers, on crève. Qu'il aille se faire foutre Timmermans ! S'il veut une révolte, qu'il touche à l'index et on lui rejouera mai 1960.

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 7 juillet 2022, 10:51

    @Houbart Philippe, d'abord , en 1960, la situation économique wallonne était au pinacle mais ce fut le début de la descente inexorable depuis. Dès lors entendre ce genre de menaces fait sourire , les grandes entreprises ont quasiment toutes disparu ou ont été réduites à la portion congrue (la dernière en date Caterpillar n'a pas encore retrouvé sur son immense site un semblant de reprise par d'autres acteurs économiques échaudés sans doute par ce goût du climat insurrectionnel dont se parent volontiers les soi-disant "forces vives" de la région) .Ceci dit, les augmentations salariales via l'index touchent toutes les entreprises , les riches mais aussi les très vulnérables qui sont à la corde et dès lors si en plus on veut des augmentations en supprimant les freins mis par la loi sur la compétitivité, la descente aux enfers sera rapide et comme les aides sociales ne tombent du panier du père Noël , ce sera et la baisse des revenus et la baisse des salaires.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs