Accueil

Roglic s’est lui-même remis l’épaule en place

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Dans le bourdonnement entêtant des « guêpes » (le surnom des coureurs de la Jumbo-Visma), on ne percevait depuis Copenhague qu’un seul message : tout faire pour arriver sans encombre au pied des montagnes. C’est râpé. Râpé comme le corps de Primoz Roglic à la sortie de tronçons pavés qui, pour le Slovène, brûlent comme les flammes de l’enfer. Le Slovène, qui avait discrètement réussi à rester dans le sillage de son équipier et coleader Jonas Vingegaard depuis l’ouverture du Tour, a souffert le martyre dans le « vrai » Nord, comme disent les Ch’tis.

Mercredi soir, le double lauréat de la Vuelta a eu du mal à trouver le sommeil, corps et cœur écorchés par les blessures et la déception. Avant la plus longue étape du Tour ce jeudi, bien avant les massifs alpestre puis pyrénéen où il comptait baliser son chemin de consécration, le voilà pointé à plus de deux minutes du grand favori, son compatriote Tadej Pogacar. Un écart qui n’est certes pas encore insurmontable mais qui fait de Roglic le grand perdant de la journée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs