Accueil Opinions Éditos

Royaume-Uni: la mutinerie en guise de sauve-qui-peut

En général, lorsqu’il est désavoué, le chef de gouvernement en tire les conclusions. Pas Boris Johnson.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

M utinerie  : « Action collective de révolte au sein d’un groupe réglé par la discipline, les détenteurs de l’autorité étant généralement mis en cause avec vigueur ; elles surviennent donc plus spécialement dans les armées, les prisons et bagnes, par les équipages. » On devrait donc ajouter à cette liste les gouvernements, par leurs ministres.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Z Pour Zorglub , jeudi 7 juillet 2022, 20:24

    Il est très intéressant de constater l’utilisation du conflit en Ukraine par des chefs d’état en manque de crédibilité voire en danger dans leurs pays. Biden absent d’un pays aux portes de la guerre civile, Macron désavoué par l’électorat (son election en tant que président n’est qu’un cache misère sur fond de MLP jouant à l’épouvantail. Il a dû prier Sainte Rita pour être élu). Johnson empêtré dans la crise post Brexit. En tout cas, un soutien de moins pour Zelensky et pas des moindres parce que dans le genre va t’en guerre pour faire oublier ses casseroles, il se posait la le Boris. Maintenant au tour de Macron la semaine prochaine de devoir gérer son assemblée nationale. Comme on dit au Kazakhstan, rien ne sert de s’énerver, assieds toi au bord de la rivière et sois patient, tu verras un jour ou l’autre passer le cadavre de tes adversaires. Un sage conseil.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 9 juillet 2022, 16:04

    C'est beau comme du Staquet, M. ou Mme Z.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 7 juillet 2022, 20:52

    Bojo n'était qu'une créature soutenue par poupou. Petit détail qui échappa à monsieur zozo. Faire pire que bojo sera difficile. Tout bon pour Zelensky. Rira bien qui rira le dernier! Proverbe bien d'ici et pas issu des sbires à poupou.

  • Posté par collin liliane, jeudi 7 juillet 2022, 12:23

    Le bateau ne va couler, mais le capitaine va être poussé sur la planche. Dommage qu'il n'y aie pas en-dessous un crocodile ayant avalé un réveil :- )

  • Posté par Lilien Raymond, jeudi 7 juillet 2022, 9:12

    N'est-ce pas là que l'on glisse finement (???) : "Les rats quittent le navire" ?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs