Accueil Monde États-Unis

Etats-Unis: une proche de Joe Biden démissionne

Kate Bedingfield, directrice de la communication de la Maison-Blanche, a annoncé hier quitter prochainement ses fonctions. Ce départ intervient à quatre mois des élections de mi-mandat, dans un contexte social tendu aux Etats-Unis.

Temps de lecture: 2 min

La directrice de la communication de Joe Biden, une fidèle de la première heure du président américain, va prochainement quitter ses fonctions, a annoncé la Maison-Blanche mercredi ; un départ notable à quatre mois des périlleuses élections de mi-mandat.

Cheville ouvrière de la campagne de Joe Biden, puis directrice de la communication du président démocrate, Kate Bedingfield quittera la Maison-Blanche fin juillet « afin de passer plus de temps avec son mari et ses jeunes enfants », a fait savoir l’exécutif américain.

« Sans le talent et la ténacité de Kate Bedingfield, Donald Trump serait peut-être encore à la Maison-Blanche », a applaudi Ron Klain, le chef de cabinet de Joe Biden. « Elle continuera à jouer un rôle essentiel pour faire progresser le programme de Biden depuis l’extérieur », a-t-il indiqué.

Les démissions au sein de la Maison-Blanche ne sont pas inhabituelles à la mi-mandat. Mais le départ de cette fidèle parmi les fidèles du dirigeant démocrate intervient alors que plusieurs médias américains font état de dysfonctionnements au sein de l’exécutif.

La Maison-Blanche n’a pas annoncé à qui reviendrait la tâche de défendre un Joe Biden impopulaire, de plus en plus attaqué par le camp progressiste pour son impuissance face à l’annulation au niveau fédéral du droit à avorter et la litanie de fusillades qui endeuillent l’Amérique.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Luypaert Maxime, jeudi 7 juillet 2022, 11:33

    Pauvre Joe , accueilli comme un héros, il finira bientôt démissionnaire ou destitué. Excellente leçon pour les "progressistes", eux-mêmes englués dans leurs querelles internes.

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 7 juillet 2022, 12:16

    Il est vrai qu'au Far West (et ailleurs...), dès lors qu'il est tellement plus facile de les brosser dans le sens du poil que de les faire sortir de leurs cavernes, l'avenir n'appartient qu'aux brutes et aux ignares.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 7 juillet 2022, 10:28

    Le fait est que ce qui est critiqué massivement c'est l'incapacité de la Maison Blanche à communiquer efficacement. Le départ de la responsable de sa communication n'est donc pas étonnant dans ce contexte. Mais Biden reste Biden, on ne le changera pas. Il est son pire ennemi. Beaucoup de voix s'élève aux Etats-Unis pour qu'il annonce maintenant qu'il ne se représentera pas en 2024 (il aura 83 ans!), ce qui pourrait aider les Démocrates pour les élections de mi-mandat, mais cela permettrait aussi aux candidats potentiels de commencer à travailler leur positionnement.

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 7 juillet 2022, 8:04

    Si Biden est critiqué (par son propre camp qui plus est) pour "son impuissance face à l’annulation au niveau fédéral du droit à avorter et la litanie de fusillades qui endeuillent l’Amérique", c'est qu'il y aurait donc quelque chose à faire. On se demande quand même quoi... Espère-t-on sérieusement qu'il convainque au moins les 2/3 du congrès de modifier la Constitution ? Les choses étant ce qu'elles sont devenues, c'est mission impossible, président ou pas président ... Alors, quoi ? Un coup d'état à la Trump ? Il n'st pas assez malhonnête pour ça.

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 7 juillet 2022, 9:58

    Naeije. Cet article est assez explicite. Il n'est nulle part question de l'inflation. Vous n'avez aucune sympathie pour les démocrates ou les progressistes en général, on l'a bien compris et c'est votre droit, mais lire ce qui n'est pas écrit pour mieux chanter les louanges de l'autre camp ne leurre personne.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Les chambres d’hôtel des écrivains: Jack Kerouac et le Chelsea Hotel à New York

« Refuge » légendaire d’artistes, poètes, musiciens, réalisateurs et écrivains fauchés dans le New York des années 1940-1950, le Chelsea Hotel incarne presque à lui la culture populaire d’après-guerre et continue d’inspirer des générations d’auteurs, avec ses innombrables glorieux fantômes. Fermé pendant une décennie pour réparer les outrages du temps et de la nature humaine, il rouvre progressivement ses portes au public, étage par étage, rénové de fond en comble. Ou presque.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une