Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2016

Conte: «Je n’ai pas peur des espions belges»

Pour Antonio Conte, cet Euro, ce sera le seul grand tournoi à la tête de la Squadra Azzurra, avant de partir à Chelsea. Il n’entend pas le cochonner, même s’il a une génération inhabituellement faible pour l’Italie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste sportif Temps de lecture: 3 min

Les Italiens ne sont restés que quinze petites minutes sur la pelouse du stade de Lyon, dimanche, en début de soirée. Soit le temps imposé par l’UEFA, pas une minute de plus. Gianluigi Buffon, préposé à la conférence de presse d’avant-match, était carrément en chemise et pantalon aux côtés d’Antonio Conte. Les autres étaient en équipement sportif, mais n’avaient même pas de ballon, et se sont contentés de discuter sur le terrain. Après un quart d’heure montre en main, ils sont montés dans leur bus, pour prendre la direction de leur hôtel. Antonio Conte redoutait-il à ce point la présence d’espions belges ? «  Mais, alors, pas du tout, rigolait de bon cœur le sélectionneur italien. Nous avons juste préféré nous entraîner en matinée, à Montpellier. Les joueurs préfèrent aussi. C’est une pratique que nous avons déjà mise en œuvre pendant toute la campagne de qualification.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs