Accueil Économie Mobilité

Aérien: une filiale de Lufthansa, va augmenter ses prix de 10%

Eurowings, filiale low cost de Lufthansa, avait déjà augmenté ses tarifs de 10 % par rapport à 2019. Ses prix devraient encore s’élever d’au moins 10 % supplémentaires.

Temps de lecture: 3 min

Eurowings, filiale low-cost de la compagnie aérienne allemande Lufthansa, va augmenter d’au moins 10 % ses tarifs, dans un contexte d’inflation des prix de l’énergie et de chaos dans les aéroports.

« Nous avons des augmentations de coûts qui représentent, rien que pour Eurowings, un montant à trois chiffres en millions », a déploré vendredi le directeur général d’Eurowings Jens Bischof, dans le quotidien Rheinische Post. « En conséquence, nous devrons ajuster nos tarifs, qui sont déjà environ 10 % plus élevés qu’en 2019, d’au moins 10 % supplémentaires », annonce-t-il.

Selon lui, il n’est pas possible de « supporter les charges du choc pétrolier » autrement que par une hausse des prix. L’époque des billets bon marché est « clairement révolue », prévient M. Bischof, précisant que « voler revient plus cher et doit aussi devenir plus cher ».

Le patron d’Eurowings s’en prend aussi aux autres compagnies à bas coûts et à leur politique tarifaire. « D’un point de vue économique et écologique, il n’est guère judicieux que des concurrents agressifs donnent une image totalement fausse de notre secteur en proposant des prix de vol équivalents à ceux d’un billet de cinéma », fustige-t-il.

D’autant que le secteur aérien, en Allemagne en particulier, est confronté à une pénurie de main-d’œuvre depuis la pandémie de covid, qui crée des situations chaotiques dans les aéroports, au point que le gouvernement envisage l’embauche de travailleurs étrangers pour y faire face. Lufthansa, à l’image d’autres compagnies aériennes, a ainsi dû annuler pour cet été des milliers de vols. Le premier transporteur européen a déjà supprimé plus de 3.000 vols pour les mois de juillet et août.

La compagnie a annoncé vendredi que 770 vols supplémentaires seraient supprimés au départ de Francfort et à Munich d’ici le 14 juillet, « en particulier pendant les pics de trafic de l’après-midi et du soir, lorsque de nombreux vols décollent en même temps et que les retards de rotation ont un impact particulièrement fort ».

« Au-delà, d’autres ajustements du programme de vols pour les pics de trafic en août sont possibles à une date ultérieure », a précisé un porte-parole dans une déclaration à l’AFP, indiquant que « les destinations de vacances classiques » sont épargnées, les ajustements concernant principalement des vols intérieurs et intra-européens, « L’image que donne actuellement notre secteur ne satisfait personne, et surtout pas nous-mêmes », a commenté pour sa part le patron d’Eurowings, assurant que compagnies et aéroports travaillaient d’arrache-pied pour améliorer la situation.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Kegel André, vendredi 8 juillet 2022, 20:32

    Le "low cost" n'aurait jamais dû s'instaurer. C'est une catastrophe économique, sociale et écologique.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb