Accueil Monde Europe

Succession de Boris Johnson: huit candidats déjà dans la course

Temps de lecture: 2 min

Trois nouveaux prétendants de haut rang à la succession du Premier ministre britannique sont entrés dans la course samedi soir, dont l’ex-ministre de la Santé Savid Javid, ce qui porte à huit le nombre de postulants.

Outre M. Javid, se sont portés candidats le nouveau ministre des Finances Nadhim Zahawi et l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Santé, Jeremy Hunt, qui avait affronté Boris Johnson en 2019 pour la direction du parti conservateur. Ils avaient été précédés par l’actuel secrétaire d’Etat britannique aux Transports alors que le ministre de la Défense Ben Wallace a décidé de ne pas se présenter. L’ex-ministre des Finances Rishi Sunak figure parmi les poids lourds entrés en course.

Deux jours après l’annonce de la démission de Boris Johnson, 58 ans, affaibli par les scandales et terrassé par la démission de M. Sunak qui en a entraîné d’autres, ses potentiels successeurs continuent à dévoiler leurs intentions.

Une compétition qui va durer des mois

La compétition qui va s’ouvrir pour la tête du parti conservateur et donc Downing Street, les Tories étant majoritaires à la Chambre des Communes, pourrait durer plusieurs mois.

Le secrétaire d’Etat aux Transports, Grant Shapps, a annoncé sa candidature en promettant un gouvernement « stratégique » et « sobre ». Député expérimenté qui a fait ses premières armes au cabinet de l’ex-Premier ministre David Cameron en 2010, il ne fait pas partie des favoris des sondages.

Pas plus que trois autres candidats eux aussi déclarés, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Egalité Kemi Badenoch, la procureure générale Suella Braverman et le député Tom Tugendhat.

En revanche, l’ex-ministre des Finances Rishi Sunak, 42 ans, a été vendredi le premier prétendant d’envergure à lancer sa candidature, dans une vidéo particulièrement léchée, au point d’alimenter des suspicions de candidature préparée de longue date et de trahison. Dans ce clip qui a fait sept millions de vues samedi, M. Sunak promet de « restaurer la confiance », « reconstruire l’économie et réunifier le pays ».

Le vote final des adhérents du parti conservateur – 160.000 votants lors de la dernière élection interne de 2019 – interviendrait d’ici la rentrée, selon le scénario qui semble se détacher dans la presse britannique.

En annonçant sa démission, Boris Johnson a indiqué qu’il comptait rester à Downing Street jusqu’à ce que le nouveau chef du parti soit élu.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une