Accueil Culture

«J’écris pour les gens sur le bord de la route»

Avant de commencer une histoire, Bertrand Blier s’interroge sur les personnes à qui il la raconte.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Dans vos films, vous adorez déconstruire les scénarios classiques et les subvertir. Vos histoires d’amour parlent des moches, des bonnes, des gays, des voyous, des étrangères, des putes… A l’arrivée, vous dressez le portrait des gens de la marge.

Bien sûr. Les gens sur le côté. Je le faisais sciemment. C’est agréable d’écrire pour des gens qui sont sur le bord de la route et qui ne savent pas où aller. J’aime ces gens-là. J’ai de la sympathie pour eux. Je les fréquente facilement. Alors, quand j’écris pour ces gens-là, ça vient tout seul. Mais cette tradition, elle vient aussi de l’inspiration américaine. Les Américains font ça très bien, dans leur puissante littérature, et au cinéma bien sûr.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs