Accueil

L’Iran espère une «libération rapide» d’Assadollah Assadi, condamné pour terrorisme

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 1 min

Son nom est revenu en boucle dans les discussions. Le diplomate iranien Assadollah Assadi, condamné pour terrorisme en Belgique, est au cœur du projet de loi qui permettra le transfert de prisonniers avec l’Iran. Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, qui porte le texte, a toujours refusé de dire si l’Iranien, condamné à 20 ans de prison pour l’organisation d’un attentat, serait transféré dans son pays d’origine. Mais pour le ministère iranien des Affaires étrangères, l’affaire est quasiment conclue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs