Accueil Société

Belge emprisonné en Iran: «Les humanitaires vont rarement dans des pays sûrs»

Le travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele dort dans une prison de Téhéran depuis cinq mois. Son ami appelle la Chambre à voter un projet de loi qui ouvre la porte à sa libération. Un cas de conscience pour les députés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Olivier est un pion, juste un gars normal. » Face à l’emprisonnement d’Olivier Vandecasteele en Iran, l’autre Olivier (Van Steirtegem) s’est fait une mission : remuer ciel et terre pour faire libérer son ami. « Quand il rentrera, je veux pouvoir le regarder dans les yeux et lui dire que j’ai tout fait. » La famille et les proches de l’humanitaire belge ont donc lancé une pétition et ont été reçus ce mercredi par le Premier ministre et le ministre de la Justice.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs