Accueil Société

Examen d’entrée en médecine: un taux de réussite en chute libre

Après la première session de l’examen d’entrée en médecine et dentisterie, seuls 6,07 % des candidats ont obtenu leur accès aux études. Ils étaient 20 % en 2020.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Un étudiant sur seize. La première épreuve de l’examen d’entrée aux études de médecine et dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles s’est révélée ardue pour les candidats de cette édition 2022. Seulement 333 lauréates et lauréats ont été proclamés et seront autorisés à entamer leurs études. Ils étaient pourtant 5.486 à s’être présentés le 5 juillet dernier sur le site de Brussels Expo.

Le taux de proclamation (nombre de personnes déclarées lauréates) qui est cette année de 6,07 % est le plus bas jamais atteint depuis l’instauration du concours en 2017. A l’époque, 20,2 % des candidats s’étaient qualifiés. Ils étaient près de 21 % en août 2020, avant de chuter net à 9 % en juillet 2021. Entre-temps, les élèves de secondaire ont dû faire face à deux années scolaires perturbées par la crise sanitaire et l’accès s’est durci pour les non-résidents.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 18 juillet 2022, 11:25

    Un facteur, presque cité à la sauvette en fin d'article, pourrait aussi expliquer la chute des résultats, c'est un changement assez important de méthodologie: "le recours au QCM à points négatifs".

  • Posté par Draye Jean-Pierre, jeudi 14 juillet 2022, 21:46

    Un examen avant de commencer les études cela m'a toujours étonné

  • Posté par J.-M. Tameyre, jeudi 14 juillet 2022, 22:06

    L'examen d'admission aux études d'ingénieur civil a toujours existé. Ce filtre permet d'emblée de se focaliser sur l'apprentissage, sans devoir exercer une sélection a posteriori. Il en découle un taux de réussite de 75% pour la première année, le plus élevé à l'université (ULG, UCL, UMons, ULB), et un étudiant sur deux réussit en juin. En fait, ça permet à tout le monde de gagner du temps !

  • Posté par J.-M. Tameyre, jeudi 14 juillet 2022, 17:57

    Il faut bien comprendre que ces examens ne sont pas faits pour "humilier" les candidats mais pour tester leurs connaissances et leurs acquis. Histoire de ne pas tirer les auditoires vers le bas avec des "touristes". Ce résultat effarant démontre à mon avis un DOUBLE problème : la qualité de l'enseignement où on n'a jamais vraiment évalué les enseignants et leurs capacités pédagogiques. En particulier, il faut du talent et de l'excellence pour faire passer des sciences dures comme les mathématiques ! Qui a encore le "feu sacré" des professeurs dont les plus âgés ici se souviennent ? Et la qualité des apprenants. Quand je lis que coller un zéro "traumatise" un élève, je m'insurge ! C'est un excellent signal pour se dépasser. S'il ne le prend pas ainsi, tant pis : d'autres saisiront cette chance. Dans un exercice compliqué, on a la bonne réponse ou pas. C'est 10 ou 0. Parce qu'un pont ou un barrage peut coûter des vies, un mauvais calcul financier peut coûter des emplois. Et il n'y a RIEN à justifier autour de ça !

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 16 juillet 2022, 1:32

    Bravo.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs