Accueil Monde

8 milliards d’humains sur Terre: scénario de la fin du monde ou success story?

La population de la planète a plus que triplé en 70 ans. Une croissance due aux progrès de la médecine et du développement, qui ont permis de faire chuter la mortalité. Mais elle pose de sacrés défis en termes d’accès aux ressources et de changement climatique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

C’est l’ONU qui l’a annoncé cette semaine : le 15 novembre prochain, nous serons 8 milliards d’êtres humains sur Terre. Alors que nous n’étions que 2,5 milliards en 1950…

Si la population mondiale a, en 72 ans, enregistré une telle croissance, c’est d’abord grâce aux politiques de santé et de développement de ces dernières décennies. « Ces 8 milliards de personnes sont en effet le résultat des choix posés hier, et surtout avant-hier », analyse Philippe Bocquier, docteur en démographie et professeur à l’UCLouvain. « Les progrès en termes de lutte contre les maladies infectieuses ont entraîné un incroyable recul de la mortalité, surtout infanto-juvénile. En un siècle, on a totalement changé l’espérance de vie des individus à travers le globe. Et même s’il y a des pays où la mortalité est encore élevée, elle s’est quand même réduite considérablement. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par massacry olivier, jeudi 14 juillet 2022, 22:46

    < En fait, les gens sont la solution, pas le problème.>

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , vendredi 15 juillet 2022, 8:07

    +1

  • Posté par Bouko Christian, jeudi 14 juillet 2022, 21:33

    On peut désormais s'attendre à l'apparition de nouveaux virus partout où la surpopulation entrainera la réduction de l'espace vital d'espèces animales qui limiteront leur population en "créant" des nouveaux virus sensés éliminer les plus faibles . Il serait alors peu probable qu'aucun de ces virus ne se transmette à l'homme et le Brésil sera vraisemblablement l' épicentre de la prochaine pandémie à cause de la déforestation "suicidaire " voulue par Bolsonaro.

  • Posté par J.-M. Tameyre, jeudi 14 juillet 2022, 18:20

    En 50-60, l'Afrique comptait 250 millions d'habitants. Aujourd'hui c'est 1 milliard 500 millions. La croissance démographique du Nigeria est plus rapide que... son développement économique : au plus les familles produisent des enfants, au plus le pays s'appauvrit ! Ne me dites pas que l'Église catholique qui déconseillait le contrôle des naissances et, en particulier, le préservatif, n'y est pour rien. Une des clés de la question est les grands progrès de la médecine préventive (et de la vaccination) qui ont réduit la nécessité d'avoir 12 ou 15 enfants pour perpétuer la famille. Par contre, en matière d'éducation des femmes ils sont loin du compte. Ils finiront donc, par imprevoyance et par bêtise, à crever de faim alors qu'ils devraient être autosuffisants.

  • Posté par c006E95, jeudi 14 juillet 2022, 17:59

    Une démographe tiers-mondiste.Tout est de la faute de l'Europe et des États Unis. Vive la reproduction africaine incontrôlée

Plus de commentaires

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs