Accueil Économie Mobilité

Ryanair aux pilotes belges: «Vous ferez grève longtemps»

La compagnie irlandaise confirme qu’elle ne fera rien pour empêcher la grève des pilotes en Belgique (mais aussi en France) les 23 et 24 juillet. Et menace, une nouvelle fois, de quitter les aéroports belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La direction de Ryanair a réagi à l’annonce des syndicats belges de pilotes appelant à une nouvelle grève les 23 et 24 juillet, en même temps que leurs homologues français. Dans une lettre envoyée à tous ses pilotes basés en Belgique, la compagnie low cost joue une fois de plus la carte de l’incompréhension face à un tel mouvement. Tout en rappelant que, pour Ryanair, le marché belge ne pèse que 3 % de ses opérations. Sans oublier la dose de menace, désormais habituelle : « Si votre seule tactique est de nier que vous ayez jamais signé un accord, refuser de négocier et continuer à appeler à la grève pour essayer de saper l’accord de 2020 que vous avez négocié, alors il n’y a aucun espoir d’un accord et vous devrez finalement expliquer aux pilotes pourquoi ils doivent gaspiller de l’argent en grèves et pourquoi l’activité quittera finalement les aéroports belges. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, samedi 16 juillet 2022, 14:04

    Dans les années 60, nous étions riches et nous avons mis sur pied une sécu et des systèmes sociaux hyper-généreux... qui nous ont tous endormis. Et pendant que nous nous reposions sur notre richesse, le monde a changé, nous n'en sommes plus les rois et nous avons dû emprunter et puis puiser dans nos richesses pour continuer à payer une sécu et des salaires devenus impayables. Certains, comme O'Leary, l'ont bien compris. Les autres continueront à faire la grève et à tous nous ruiner.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 15 juillet 2022, 12:12

    D'où une autre question : O'Leary , restera-t-il encore longtemps le CEO de Ryanair ? Déjà que son C.A. lui avait été interdit de faire des communications directes, sans passer par un porte-parole ... tellement qu'il "lâchait des âneries" !

  • Posté par Fontesse Philippe, vendredi 15 juillet 2022, 7:47

    Cette personne n'a aucun respect vis à vis des autres que ce soit son personnel ou bien les clients ou bien toutes autres personnes. Ce qui l'intéresse, c'est gagné de l'argent sur le dos des gens. C'est le premier a ne pas respecter les règles concernant les droits du personnel ou des clients. Il a déja été remis à l'ordre par des tribunaux qui ne sont pas assez sévère vu la répétition des faits. Il peut quitter la Belgique, mais alors il doit rembourser les avantages financiers qu'il a eu depuis son installation chez nous.

  • Posté par J.-M. Tameyre, vendredi 15 juillet 2022, 7:41

    L'état et la région ont injecté des milliards en infrastructures pour créer des aéroports qui créent des emplois (voir Van Cau dans LLB qui parle de "grand succès" !). Ils ne poursuivront pas les infractions au droit social sans risquer de perdre les emplois créés et de remplir les cohortes d'allocataires. Les infractions déjà correctionnalisées tombent dans un trou noir (le secret de l'instruction) dont personne n'entend plus parler. Cela fait des années que ces dossiers sont bloqués là-bas. Il a fallu 14 ans de procédures (et donc de business) pour faire appliquer le droit belge. Voir l'interview de Didier Lebbe (CNE) dans l'écho de hier. Il faut bien comprendre ceci : O'Leary est un voyou qui rapporte énormément d'argent aux fonds de pension US, crée des bullshit jobs dans des régions ravagées comme Charleroi où les syndicats ont découragé tous les investisseurs, ça fait des allocataires sociaux en moins, et pour finir Air Baraki permet à toute une série de travailleurs pauvres de partir en AirBnB 3 fois par an. Les politiques qui ont installé ce modèle cyniquement n'ont aucun intérêt à le briser. Ceux qui pestent refusent de voir que notre état failli en est réduit à favoriser ces sociétés (comme Uber). De toutes façons les caisses sont vides et si Popol le Rouge a trouvé Lego pour faire un parc de loisir sur le site de Caterpillar (quel symbole !) ça ne créera pas des jobs à 3000 nets non plus ! Hier Le Soir soulignait que nous venons d'atteindre la fin de paiement des taxes (53.5% en BE contre 43.9% en moyenne européenne) sauf qu'en comparaison la Belgique ne taxe pas 10% de plus mais 21% (53.5/43.9) ! Ça ne laisse guère de marge pour l'entrepreneuriat de qualité. La Belgique est en soldes, certains y font leurs emplettes : avec un modèle social impayable et un état dysfonctionnel les électeurs qui l'ont voulu sont mal placés pour se plaindre !

  • Posté par Dupont Vincienne, dimanche 17 juillet 2022, 1:05

    Excellent.

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs