Accueil Culture Livres

Sulaiman Addonia: ce qu’il reste de ce qu’ils sont

« Le silence est ma langue natale » relate le quotidien débordant de vie et de sensualité dans un camp de réfugiés au Soudan.

Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

L’info remonte à ce mardi 12 juillet : l’écrivain Sulaiman Addonia s’est hissé dans la sélection des nouveaux « fellows » de la Royal Society of Literature, l’équivalent de l’Académie française, qui rassemble la crème de la crème des écrivains, nouvellistes, poètes de langue anglaise contemporains.

Bien plus que de la joie pour le romancier : « Quand je suis arrivé au Royaume-Uni comme réfugié mineur à l’âge de 15-16 ans, je ne parlais pas un mot d’anglais. Je n’aurais jamais imaginé que je serais un jour sélectionné pour un fellowship qui consacre les meilleurs écrivains du pays », a-t-il réagi sur Twitter à l’annonce de sa sélection.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs