Accueil Léna

Quand natalité rime avec culpabilité

Alors que les réseaux sociaux sont inondés de « baby showers », on peine encore à évoquer une fausse couche ou une dépression post-partum. Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Explosion de ballons bleus et roses sur les réseaux sociaux et dans les foyers romands ! Stars, starlettes ou anonymes, nombreuses sont les futures mamans à afficher leur nouvel état sur la Toile et souvent même avant que leur ventre ne s’arrondisse. Venues des Etats-Unis, des célébrations comme la gender reveal party (la fête de la révélation du genre du bébé) ou la baby shower (où on couvre la future maman et le futur bébé de cadeaux sur fond de sucreries pastel) sont propices à tous les excès de décoration (gâteaux énormes, centaines de ballons, mises en scène grandioses) et de publications sur les réseaux (lire ci-contre).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs