Accueil Société

Benoît Herman: «Dans l’imaginaire collectif, un robot ne peut se tromper»

Au Louvain Bionics, on s’interroge sur l’acceptabilité des robots par les patients et le personnel soignant

Article réservé aux abonnés
Journaliste Sciences et Santé Temps de lecture: 4 min

La robotique est depuis longtemps présente dans nos hôpitaux mais à présent, on parle de robots se déplaçant et nous guidant à travers les couloirs des institutions. Ces derniers sont encore rares dans notre pays. L’hôpital d’Ostende et le CHU de la Citadelle à Liège font figure de précurseurs. Mais ces robots vont-ils devenir la norme dans les prochaines décennies ? « C’est une question que l’on se pose au Louvain Bionics, répond Benoît Herman, coordonnateur de cette entité de l’UCL. Et ce, tant pour les robots qui manipulent les patients (dans le domaine de la chirurgie) que ceux qui bougent les malades (de leur lit à une chaise roulante ou à la table d’opération). Pour cette seconde application, on pourrait imaginer une sorte de mini-clark. Cela remplacerait un geste très lourd sans valeur ajoutée. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs