Accueil Belgique Politique

Réforme des pensions: toujours pas d’accord au bout d’un week-end de travail

Les membres du gouvernement fédéral chargés de négocier la réforme des pensions n’ont toujours pas trouvé d’accord après un week-end de travail. Les négociations pourraient reprendre ce lundi, avec un accord visé idéalement pour le 21 juillet.

Temps de lecture: 2 min

Les membres du cabinet restreint (kern) du gouvernement fédéral se sont quittés lundi vers 01 h 30 ce lundi matin sans parvenir à un accord sur la réforme des pensions. Selon plusieurs sources, les négociations pourraient reprendre lundi après-midi.

Le kern a travaillé tout le week-end sur cette réforme délicate, jusqu’à près de minuit samedi et jusque dans la nuit de dimanche à lundi.

Le Premier ministre Alexander De Croo souhaiterait un accord à ce sujet d’ici le 21 juillet, mais les négociations restent difficiles.

Plusieurs sujets sont sur la table : accès à la pension minimum, pension à temps partiel, bonus pension, réduction des écarts entre hommes et femmes. Des points se sont ajoutés, dont l’accès à une retraite anticipée après 42 ans de carrière et, à la demande de certains partis, les régimes particuliers de retraite du personnel roulant de la SNCB et des militaires. Des décisions ont également déjà été prises, peu après la mise en place du gouvernement, en particulier la revalorisation de la pension minimum complète à 1.715 euros brut en 2024, soit 1.630 euros net.

Les points de blocage principaux demeurent les années de travail effectif nécessaires pour accéder à la pension minimum et la retraite anticipée et ce qu’il convient d’entendre par travail effectif, c’est-à-dire la question des périodes d’inactivité assimilées à du travail.

Selon plusieurs sources proches des négociateurs, les discussions étaient encore difficiles dans la journée de dimanche. Dans l’après-midi, le Premier ministre est repassé à des entretiens bilatéraux avec les vice-Premiers ministres, avant de se retrouver en plénière dans la soirée.

Le kern s’est donc terminé vers 1 h 30 du matin, toujours sans accord. Les pourparlers devraient reprendre lundi après-midi.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Cornelis Michel, lundi 18 juillet 2022, 10:38

    Marre de ces réformes importantes qui se décident à huis clos ! Laissez le pouvoir législatif faire son boulot !

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 18 juillet 2022, 12:20

    Eric Bastin... Oui, mais au moins, on sait qui a dit quoi... Ici, on dirait que le débat public est devenu un luxe, une faveur...

  • Posté par Bastin Eric, lundi 18 juillet 2022, 10:44

    Toute réforme est entérinée par le Parlement, au final. Je comprends ce que vous voulez dire mais si c'est pour repartir dans un cycle de commissions, sous-commissions, sous-sous-commissions, rapports d'experts, livres blancs, verts et autres, ce n'est pas demain la veille que les pensions seront réformées.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 18 juillet 2022, 8:42

    La vie de la nouvelle génération va être de plus en plus difficile. Pourquoi encore augmenter les dépenses? C'est cette nouvelle génération qui va trinquer. Il y aura un grand risque qu'elle soit démotivée et je la comprends. C'est le moment de valoriser le travail et pas de faire le contraire. Ce n'est pas non plus le moment de débrancher et de négocier la fin de l'état belge en séparant police et justice ou de régler les problèmes des mafias de la drogue et des trafics en tout genre en libéralisant le cannabis ...

  • Posté par Bastin Eric, lundi 18 juillet 2022, 10:40

    En effet. François de Closets ("Toujours plus!") vient de sortir un livre sur les boomers, qui ont bien vécu et continuent de bien vivre, pour les moins âgés, grâce au travail des jeunes générations. Je connais des personnes, prépensionnées au début de la cinquantaine, qui ont bénéficié de trente ans de pension en bonne santé, après avoir cotisé 30-35 ans maximum. Tant mieux pour elles mais un tel système n'est plus viable.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une