Accueil Culture Livres

Charles Pépin: «Un désœuvrement salutaire»

« Harry Potter » est devenu un formidable succès de librairie lorsque l’autrice, J.K. Rowling, était au plus bas. C’est ce désœuvrement qui lui a permis d’oser se lancer dans l’écriture.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 2 min

Et si échouer était finalement une partie de la réussite ? C’est la thèse développée par le philosophe français Charles Pépin dans son essai Les Vertus de l’échec, publié chez Allary en 2016. Nous lui avons demandé de commenter la trajectoire en dents de scie de J.K. Rowling.

« Les échecs de J.K. Rowling auprès des éditeurs n’ont pas été si longs. Elle a essuyé beaucoup de refus (douze) mais sur un laps de temps assez court, et lorsque Harry Potter à l’école des sorciers a finalement été publié (par Bloomsbury Publishing), il a rapidement rencontré le succès. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs