Accueil Monde États-Unis

Steve Jobs, ou l’art de retomber sur ses pattes

L’emblématique cofondateur d’Apple s’est fait virer de sa propre boîte, avant d’y revenir en sauveur. Dans l’intervalle, il avait retrouvé une certaine humilité et (donc) sa créativité.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 8 min

Le fait d’avoir été renvoyé d’Apple est la meilleure chose qui me soit arrivée. »

La phrase n’émane pas d’un ex-employé lambda de la firme à la pomme un brin crâneur, mais de Steve Jobs en personne. Eh oui !, en septembre 1985, l’icône de la Silicon Valley s’est fait proprement virer de la boîte qu’il avait cofondée neuf ans plus tôt, et cela, comble de l’ironie, par le directeur général qu’il avait personnellement recruté.

Déjà à cette époque « ante-iPhone », Steve Jobs est considéré comme une figure majeure de la révolution informatique. La tribu des fans du Mac – les premiers ordinateurs personnels développés par Apple – le tient carrément pour un génie visionnaire, et l’intéressé ne fait rien pour les démentir… L’homme ne s’encombre guère de pudeurs, ni de scrupules.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs