Accueil Monde France

René Frydman, 23 fécondations in vitro avant le premier bébé-éprouvette de France

Quarante ans après cette naissance inédite, le professeur aujourd’hui reconnu mondialement revient sur le parcours d’abnégation qui a mené à cette révolution médicale contre l’infertilité.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 6 min

Un instant suspendu dans le temps. Le petit corps tout frêle de cette petite fille entre ses mains, son visage grimaçant d’être ainsi dérangée, René Frydman ne pourra jamais l’oublier. Ce 24 février 1982, lorsqu’il met au monde Amandine, le premier bébé « éprouvette » de France, le quatrième au monde, le gynécologue obstétricien français vit une sorte d’aparté avec cet être dont il vient de suivre toute l’aventure intérieure. « Je vois sa frimousse et je me rends compte que, la première fois que je l’ai vue, elle n’était qu’un minuscule embryon que j’observais à travers un microscope, confie le professeur des Universités. Emotionnellement, c’est indescriptible. Amandine, je l’ai suivie et observée des prémices de son existence à sa naissance, le lien fut d’emblée très fort. Et cela m’a remué intellectuellement de me remémorer toutes les étapes difficiles par lesquelles on est passé pour en arriver là. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs