Accueil Monde Asie-Pacifique

Sri Lanka: «Le nouveau président Ranil Wickremesinghe n’a aucune légitimité populaire»

Sous fond de crise économique dramatique, les manifestants s’opposent à l’accession de Ranil Wickremesinghe, élu par le Parlement pour remplacer le président en fuite Gotabaya Rajapaksa.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les regards sont amers, sur le site protestataire de Galle Face Green, au cœur de Colombo. « Le nouveau président Ranil Wickremesinghe incarne la continuité d’un système qui a conduit le Sri Lanka au désastre », dénonce Bhuwaneka Pereran, figure de la contestation citoyenne. Lui et ses camarades ont mobilisé les foules durant quatre mois et poussé à la démission le président Gotabaya Rajapaksa, accusé d’avoir précipité l’île dans une crise économique abyssale. Pour remplacer ce président déchu qui a fui le pays, le Parlement a élu, ce mercredi, l’ancien Premier ministre Ranil Wickremesinghe, âgé de 73 ans, et proche du clan Rajapaksa, honni par les manifestants.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs