Accueil Léna

L’ère du précariat: quand le travail devient supplication

A l’ère des contrats à durée déterminée n’offrant aucune protection, c’est l’obscurité qui guette l’avenir de nombreux travailleurs.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

L’origine du mot est éclairante : précariat vient du latin prex, qui veut dire prière. En gros, un travailleur précaire n’est ni plus ni moins qu’un individu obligé de prier, de supplier, de demander à genoux quelque chose qui lui est accordé comme une grâce. Du travail, par exemple. J’ai toujours eu l’impression que, dans cette image de la prière, se concentrait le sens psychologique de quelqu’un qui vit suspendu, complètement exposé à l’arbitraire d’une entité supérieure vers laquelle on se tourne sans la moindre garantie d’égalité, mais toujours avec déférence. En suppliant. Et en faisant preuve de gratitude pour la grâce accordée. Fin de l’histoire, c’est ici que se referme le cercle, se scellant dans le binôme supplication-gratitude d’où tout semblant de droit est nécessairement évincé, immédiatement transfiguré en revendication (vous vous souvenez du fameux adage qui dit qu’à cheval donné, on ne regarde pas les dents ?).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Masure Luc, jeudi 21 juillet 2022, 11:12

    Par quelle falsification de la réalité le néolibéralisme du roi-marché a-t-il pu faire entrer dans les esprits que l'on DONNE du travail. Si cela peut parfois être vrai de pouvoirs publics ou d'associations caritatives, aucune entreprise ne donne du travail. Au contraire et comme toujours et comme disait Karl Marx suite à Proudhon, le travail apporte une survaleur sans laquelle personne n'engagera un travailleur.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 26 juillet 2022, 16:04

    Luc, votre remarque est particulièrement pertinente. Un employeur n'est en effet pas un bienfaiteur : il paie le service que lui rend un travailleur, parce que cela lui rapporte. Idem pour les services publics : le travailleur est payé pour le service qu'il rend à la collectivité.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs