Accueil Culture Musiques

Quatre compos de Braxton bien indigestes

Kobe Van Cauwenberghe’s Ghost Trance Septet plays Anthony Braxton

Fiche - Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

El Negocito Records

Alors là, ça dépasse ma compréhension, je l’avoue. S’il faut passer par la lecture de notes de dix pages pour tenter d’appréhender un peu la musique que l’album propose, je suis largué. La musique, pour moi, c’est l’immédiateté de l’émotion, les peintures imaginaires suscitées, les rêves engendrés. Cela passe donc par des mélodies, des harmonies, des riffs, des retours et des détours, mais il faut quelque chose auquel le naufragé qu’est sinon l’auditeur se raccroche, avec lequel il peut aller de l’avant, s’ouvrir un chemin et en jouir. Ici, une série de sons, oh sans doute extrêmement pensés et intelligents. Anthony Braxton l’était et d’ailleurs on l’encense dans le Nouveau dictionnaire du jazz. Et les musiciens du Kobe Van Cauwenberghe’s Ghost Trance Septet aussi sans aucun doute. Mais ces compositions nº 255, 358, 193 et 264 de Braxton revisitées par le groupe sont, pour moi, bien indigestes. Je reconnais néanmoins que ce double album a le mérite d’exister et que des tas d’amateurs se précipiteront dessus. Tant mieux pour eux.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Romberg Erwin, vendredi 22 juillet 2022, 16:54

    En résumé, je n’y ai rien compris car cela ne correspond pas à mes critères personnels et même si c’est bien que ça existe quand même j’incendie cet album et fais tout pour décourager toute tentative d’écoute en encourageant l’auditeur potentiel à passer son chemin. Un peu comme si un critique scientifique découragerait quiconque de lire « La Théorie du Dédoublement de l’Espace et du Temps » en l’incendiant tant cette théorie « dépasse ma compréhension ». Heureusement, les critiques musicaux sont là pour nous dire, après réception gratuite de disques, ce qu’il vaut ou non la peine d’écouter. Je donne 1 * sur 5 mais c’est bien quand même (!!!) Sans doute n’est-ce pas pour rien qu’ el NEGOCITO Records compte dans son catalogue Les Chroniques de l'Inutile… J’en profite pour rappeler, qu’en cas d’incompréhension et de largage, la sortie fin mai dernier chez trost records de la compilation « Вони не пройдуть - They Shall Not Pass – Live on planet earth - in the spirit of freedom, peace and solidarity », qui servira au moins une cause méritant d’être soutenue, même en cas d'indigestion. Sinon, il restera toujours Angèle et Stromae, moins indigestes (enfin, ça dépend pour qui…).

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une