Accueil Culture

La renaissance de Gilbert Fastenaekens

Depuis une grande exposition au Botanique en 2015, Gilbert Fastenaekens s’était comme évaporé. Jusqu’à sa réapparition aux Davids.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Il y a décidément quelque chose de magique dans cet univers des Davids. Une ambiance détendue, chaleureuse, qui fait qu’on s’y sent immédiatement chez soi, au sein d’une équipe où chacun crée son propre rôle et participe à la construction d’ensemble. La preuve avec le photographe Gilbert Fastenaekens, embarqué dans l’aventure depuis quelques mois et dont une petite mais très belle exposition est présentée sur les passerelles du chai.

« Depuis 2015-2016, je n’avais plus rien fait », explique-t-il. « J’avais eu cette rétrospective au Botanique qui m’avait formidablement nourri. Suite à ça, je dirais que la photographie m’a quitté. Et je n’ai rien fait pour la retenir. L’urgence était peut-être partie. Je n’étais pas déprimé, mais je ne ressentais plus le besoin. Je ne voulais rien provoquer et je me suis rendu compte que ça marche très bien. Si on ne provoque rien… rien ne vient. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs