Oussama Atar
B9714205107Z.1_20171222085208_000+GDOACOQUI.1-0
De nombreux habitants d’El Paso, endeuillée par une fusillade à l’idéologie raciste, s’opposent à la venue annoncée mercredi de Donald Trump, dont la détermination à combattre l’extrémisme est mise en doute.
d-20190712-3V0K3Y 2019-08-02 12:01:42
Le président Donald Trump a condamné lundi l’idéologie raciste du suprémacisme blanc, suspectée d’être à l’oeuvre dans l’une des deux fusillades ayant endeuillé les Etats-Unis ce week-end, tout en évitant de mettre l’accent sur la lutte contre les armes à feu.
Salah Abdeslam
THILLIEZ_Franck_0414PM-1
Des ailes Déradex existent à Ittre et Hasselt, sans compter les quartiers de haute sécurité, comme celui de la prison de Bruges.
Donald Trump a évité de relancer le débat sur les armes à feu. Il a préféré insister sur le rôle néfaste que jouerait selon lui internet dans la radicalisation de personnes souffrant de troubles mentaux et qui mènent à des drames comme celui de Dayton sur la photo.
US-POLITICS-TRUMP-SHOOTINGS
A El Paso, au Texas, le port d’armes est toléré sans restriction (open carry), y compris un fusil en bandoulière au supermarché.
Photo d’illustration
belgaimage-13577486-full
Les Bommeleeër ne provoquèrent jamais de morts ni de massacres massifs comme ce fut le cas dans l’affaire des Tueries du Brabant.
En juin, un homme a déclenché des explosifs à proximité d’un véhicule de la police de la circulation, en plein centre-ville. Puis, le second a atteint un véhicule de la Garde nationale.
Latifa Ibn Ziaten, est la mère du maréchal des logis Imad Ibn Ziaten, 30 ans, première victime de Mohamed Merah. Depuis le décès de son fils elle sillonne la France et le monde dans les écoles et les prisons, elle l’assure tant qu’elle aura des forces, elle continuera.
Accueil d’une délégation officielle dans le Xinjiang
: les femmes ouïgoures sont invitées à montrer leur beauté, mais un code vestimentaire strict est imposé dans les lieux publics.
L’attentat du 29 mai 2018 à Liège devait coûter la vie à deux policières liégeoises et à un étudiant.
L’attentat du 29 mai 2018 à Liège devait coûter la vie à deux policières liégeoises et à un étudiant.
Un homme a déclenché des explosifs à proximité d’un véhicule de la police de la circulation, avenue Habib Bourguiba, en plein centre-ville. Puis, le second a atteint un véhicule de la Garde nationale, à proximité de la brigade anti-terroriste.