Accueil Société

La crise des médecins généralistes: «Chaque semaine, des patients m’appellent et je les remballe»

La pénurie de médecins généralistes touche les trois Régions du pays, surtout dans les zones rurales. A Bruxelles, où les besoins en soins de santé sont amplifiés, des médecins sont pourtant contraints de refuser des patients. Pour deux praticiens que nous avons rencontrés, c’est le système dans son ensemble qu’il faut revoir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

En (sur)nombre autrefois, les médecins généralistes sont devenus une denrée rare. Sans qu’on ne puisse déterminer le nombre d’heures qu’ils pratiquent ni où, on en comptait 17.492 à la fin de 2021 (soit 780 de plus qu’en 2019). Alors qu’un tiers d’entre eux ont plus de 65 ans, la pénurie s’aggrave dans certaines communes, y compris en Flandre.

Selon l’Observatoire de la santé, la capitale aura besoin de 486 médecins généralistes supplémentaires d’ici cinq ans et de 835 en plus à l’horizon 2037. Le constat de l’Agence wallonne pour une vie de qualité (Aviq) est encore plus accablant : une commune wallonne sur deux se trouve en pénurie, selon la norme fixée par le fédéral (moins de 90 généralistes pour 100.000 habitants).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, dimanche 24 juillet 2022, 17:33

    Les urgences hospitalières sont trop encombrées par des bobos. Un médecin qui aime son métier, ne compte pas ses heures . Cet article donne une très vilaine image des médecins.

  • Posté par Dr Mi, samedi 30 juillet 2022, 5:14

    "Un médecin qui aime son métier ne compte pas ses heures ?" Vous dites n'importe quoi. Et vous n'y connaissait rien. Plein de MG sont en Burn out !

  • Posté par Naeije Robert, dimanche 24 juillet 2022, 14:17

    L'un "remballe" des malades, ce qui est contraire à la déontologie médicale, l'autre ne travaille qu'à mi-temps. Désinvolture et paresse... La profession médicale va mal, très mal. Cela étant, de mon temps on ne prolongeait pas les études de médecine de 2 années (DEUX!) de spécialisation (?) en médecine générale, ce qui est complètement redondant après 3 ou 4 années de stages dans divers services cliniques - ou cabinets de médecine générale. Cette trop longue spécialisation en médecine générale en a grandement découragé les vocations.

  • Posté par Bricourt Noela, dimanche 24 juillet 2022, 9:41

    Déjà, parler de patients en disant "je les remballe", cela ne m'inspire pas confiance du tout quant aux qualités humaines de Madame Dupas. Dans ma ville de taille moyenne, peu attrayante pourtant, deux jeunes médecins se sont installés depuis quelques années. Chacun obtient un rdv rapidement.

  • Posté par J.-M. Tameyre, dimanche 24 juillet 2022, 3:54

    Article minable, sans structure ni valeur ajoutée. Un ramassis de clichés sans esprit critique. Pitoyable pour un journal qui se voulait national autrefois.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs