Accueil Belgique Politique

Revendre nos données au privé: le «oui mais non» du secrétaire d’Etat

Le nouveau secrétaire d’Etat a annoncé vouloir vendre les données médicales des citoyens au secteur pharmaceutique. Avant de se rétracter. L’opposition ne cache pas son malaise

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le tout nouveau secrétaire d’Etat en charge de la protection de la vie privée Philippe De Backer (VLD) considère que l’Etat doit pouvoir transmettre des données médicales des citoyens au secteur pharmaceutique. Ces données pourraient selon lui être rétribuées, si l’opération s’avère positive pour le patient, sous la forme par exemple d’une baisse du prix des médicaments.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 14 juin 2016, 22:08

    Une sorte de retour à la case départ quoi, sans passer par la case "prison"

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 14 juin 2016, 20:46

    Au fait, qu'en pensent ,les médecins ??

  • Posté par Remy Demeester, mercredi 15 juin 2016, 0:16

    que ce n'est pas pensé dans l'intérêt des patients et que cela pose de sérieuses questions déontologiques.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs