Accueil Monde Afrique

Guerre en Ukraine, crise alimentaire, réchauffement climatique: l’Afrique au temps des incertitudes

Avec la guerre en Ukraine, de nouveaux défis ont pris le continent par surprise. L’approvisionnement en denrées de base est grandement menacé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

C’est l’effet papillon : la guerre en Ukraine qui mobilise l’Europe a entraîné en Afrique des conséquences dramatiques, la plus visible étant le risque de pénurie de fertilisants et de denrées alimentaires telles que le blé. Cette crise à laquelle nul ne s’attendait s’est soudainement superposée à d’autres périls dont le réchauffement climatique et la prolifération de guerres qui minent des Etats fragiles et engendrent de nouveaux flux de réfugiés. Un think thank marocain, Policy Center for the New South, qui s’attache depuis des années à mener des réflexions originales sur l’état du continent ne pouvait, à l’occasion de sa conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique (APSACO), qu’interroger des chercheurs, des militaires, des diplomates sur les nouveaux défis qui, succédant à la crise du covid, ont pris l’Afrique par surprise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Caver Jean, mardi 26 juillet 2022, 13:47

    Et des gens accusent les Occidentaux d'avoir, après 1989, tenté d'installer des régimes démocratiques dans le monde devenu unipolaire pour éviter que des autocrates et quelques fumiers pillent littéralement leur pays à leur profit. Mais on préfère taper sur les Etats-Unis dont la volonté de mondialisation, si elle se faisait à son profit aussi, aurait pu continuer à apporter de la stabilité, une hausse du niveau de vie avec la diminution des famines comme ce fut le cas pendant plus de 20 ans. Au lieu de ça on a quoi ? Des milices privées qui pillent, tuent, arrosent les dirigeants corrompus qui vendent littéralement leur pays aux plus offrants et des autocraties qui financent ce bordel.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 25 juillet 2022, 17:52

    À son habitude, une analyse remarquable de la part de Mme Colette Braeckman. Merci, Madame.

  • Posté par massacry olivier, lundi 25 juillet 2022, 21:57

    Effectivement. < Le mérite du think thank marocain est d’attirer l’attention sur ces nouveaux défis en choisissant un autre point de départ de la réflexion, celui des pays du Sud.>, voila qui va déplaire à beaucoup.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs