Accueil Monde Union européenne

Entre la Bosnie et la Croatie, le pont de la discorde

Un nouveau pont contourne l’enclave bosnienne qui coupe la Croatie en deux. Il prive la petite ville de Neum des touristes de passage… et crée des tensions entre Sarajevo et Zagreb.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Mieux vaut tard que jamais. Ce mardi, avec près de 14 ans de retard sur le calendrier initial, la mise en service du pont de Pelješac au sud de la côte croate va permettre de relier Split et Dubrovnik en évitant de devoir franchir la frontière avec la Bosnie-Herzégovine. La ville de Neum, unique débouché bosnien sur la mer, coupait en effet la côte croate en deux forçant les touristes à franchir deux postes-frontières en moins de 10 kilomètres.

La construction du pont avait suscité des tensions entre les deux pays, la Bosnie-Herzégovine arguant que les navires de tonnage important ne pourraient pas passer sous le pont et rallier Neum. L’argument bosnien avait été démenti à maintes reprises par le gouvernement croate, Bruxelles n’avait pas donné suite au recours déposé par Sarajevo. Finalement, le 23 juin 2022 le Bolette, un navire de 237 mètres de long et 48 mètres de haut est arrivé des Bahamas dans le port bosnien sans encombre, finissant de désamorcer la discorde concernant le trafic maritime.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, mardi 26 juillet 2022, 18:28

    Eh oui on continue à se laisser endormir , les chinois nous détestent mais volent les contrats aux pouvoirs locaux dont certains représentants se remplissent les poches.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 26 juillet 2022, 18:28

    Eh oui on continue à se laisser endormir , les chinois nous détestent mais volent les contrats aux pouvoirs locaux dont certains représentants se remplissent les poches.

  • Posté par Deladrier-rase , mardi 26 juillet 2022, 16:04

    Incroyable que des fonds européens atterrissent dans une entreprise chinoise ! Des européens ont construit le pont de Normandie, le viaduc de Millau ou le Pont Vasco de Gama, on n'a pas besoin des chinois.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs