Accueil Énergie

Energie: la Belgique s’est imposée dans la livraison de gaz à l’Allemagne

Notre pays est devenu l’une des voies d’approvisionnement les plus importantes, fournissant un cinquième des livraisons allemandes.

Temps de lecture: 2 min

Alors que l’approvisionnement en gaz depuis la Russie est de plus en plus menacé, l’Allemagne s’empresse d’essayer de dénicher cette ressource ailleurs. En quelques mois seulement, la Belgique est devenue, pour son voisin, l’une des routes d’approvisionnement les plus importantes, glanant 20 % de part de marché, écrit mardi Trends/Tendances. « En juin, le débit a atteint un niveau record », a confirmé le gestionnaire de l’infrastructure Fluxys à l’hebdomadaire.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, l’Allemagne tente de rapidement diminuer sa dépendance au gaz russe. Elle veut même s’en débarrasser totalement d’ici la fin 2024. L’Allemagne a déjà réussi à réduire la part de marché du gaz russe dans son approvisionnement de 55 % en 2020 à 25 % début juillet. Un résultat dû principalement à des mesures prises par Moscou elle-même, qui envoie moins de gaz via le gazoduc Nord Stream 1.

L’Allemagne est donc engagée dans une course contre la montre pour s’assurer que ses réservoirs de gaz soient suffisamment remplis pour l’hiver. Elle vise un taux de remplissage de 95 % début novembre, contre 66 % actuellement. Ces derniers mois, l’Allemagne a dès lors déboursé 15 milliards d’euros pour acheter du gaz ailleurs dans le monde.

La Belgique est devenue l’une de ses principales fournisseuses, avec les Pays-Bas et la Norvège, écrit Trends/Tendances. L’approvisionnement en gaz depuis la Belgique a augmenté de façon exponentielle, confirme la porte-parole du gestionnaire du réseau allemand, Ulrike Platz. « Ces derniers mois, nous avons reçu beaucoup de gaz via les terminaux GNL de Rotterdam et de Zeebrugge. En juin 2021, 0,2 térawattheure de gaz avait transité par les gazoducs belges vers l’Allemagne. En juin de cette année, c’est passé à 24 térawattheures. Pour autant que nous le sachions, cela ne pose pas de problème pour le réseau belge. »

Notre pays glane environ un cinquième de la part de marché allemande, calcule Trends/Tendances. « Le réseau de Fluxys peut parfaitement gérer ces flux de gaz », a assuré un porte-parole du gestionnaire belge à l’hebdomadaire.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une