Accueil Culture Cinéma

Série d’été – 1972, la sulfureuse: le tournage «maudit» de L’Exorciste fait cauchemarder les foules

Derrière les vomissures et le langage de charretier, L’Exorciste est un petit bijou d’horreur qui aura traumatisé toute une génération de spectateurs. Un mythe bâti à grand renfort de légendes urbaines autour d’un tournage jugé « maudit ».

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 5 min

Un festival de l’ignoble, du sadique et du blasphématoire. » En août 74, le correspondant du Soir aux États-Unis voit débarquer avec horreur le long-métrage de William Friedkin dans les salles obscures. L’Exorciste sème un vent de panique outre Atlantique. Le journaliste y décrit les files interminables devant les cinémas de quartier, les « hurlements comme on n’en avait pas entendu depuis ceux qui ponctuaient les concerts des Beatles » durant les séances, les « innombrables cas d’évanouissements, de tremblements convulsifs, de nausées extrêmes… ». Des cas de fausses couches et d’arrêts cardiaques sont rapportés par les médias locaux. Conclusion de notre correspondant de l’époque : « la terreur éprouvée par le public n’est pas feinte ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs