Accueil Belgique Politique

Philippe Henry sous protection policière: les ministres belges ne sont protégés qu’en cas de menace explicite

Le ministre Henry a été mis sous protection policière suite à des lettres de menace. En Belgique, il n’existe pas de protection physique permanente sauf pour le Premier ministre et la monarchie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis plusieurs jours, le ministre wallon Philippe Henry (Ecolo) est placé sous protection policière. Via son cabinet, il a reçu des lettres de menaces qui ont été jugées assez sérieuses pour justifier des mesures comme la présence de gardes du corps à ses côtés ou l’organisation d’une escorte lors de ses déplacements et de rondes autour de son domicile ou de son bureau.

Une telle décision est peu fréquente pour une autorité politique, a fortiori régionale. On se souvient néanmoins des dispositions prises pour assurer la sécurité de Ludivine Dedonder (PS), la ministre fédérale de la Défense, dans le cadre de la disparition du militaire Jurgen Conings, soupçonné de vouloir s’en prendre à plusieurs personnalités publiques, en mai 2021.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 1 août 2022, 17:33

    Sur la violence des mots et leurs conséquences, voyez le suicide aujourd'hui de la médecin autrichienne qui intervenait régulièrement dans les médias pour promouvoir la vaccination, Mme Lisa-Marie Kellermayr. Elle ne parvenait plus à tenir face au déferlement d'injures et de menaces sur les réseaux sociaux. Certains, à attiser la haine, sont responsables de ce type de conséquences dramatiques. Que ce soit dans le cadre du Covid ou du bashing anti-écolo.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 10 août 2022, 11:41

    Il me semble que vous avez l'amalgame facile et déplacé, M. Tameyre. Bien sûr que si, certains commentaires pourraient ressortir au plan pénal, quand il portent sur le négationnisme ou l'incitation à la haine, par exemple. Cela ne fait pas de la Belgique une dictature, mais au contraire un système où les droits ne sont pas absolus mais assortis de devoirs. Vous croyez qu'appeler au meurtre serait toléré?

  • Posté par J.-M. Tameyre, jeudi 4 août 2022, 15:31

    "Certains commentaires pourraient être poursuivis pénalement, je pense." Les Russes et les Chinois pensent comme vous et en plus ils le font.

  • Posté par LAURENT Christian, lundi 1 août 2022, 21:21

    Bien d'accord avec vous! Mais je pense que le Soir est en faute, en n'assurant aucune surveillance des commentaires, aucune modération! Certains commentaires pourraient être poursuivis pénalement, je pense.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 30 juillet 2022, 15:44

    C'est quand même symptomatique, cette façon systématique d'attiser la haine envers les écolos. Vous ne vous rendez pas compte que vous alimentez vous-même un état d'esprit détestable? Vous pouvez ne pas les aimer, ne pas être d'accord avec eux, mais relisez un peu les qualificatifs dont vous abusez.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs