Accueil Belgique Politique

Bruxelles: l’opposition iranienne manifeste contre l’extradition du prisonnier Assadi

Plusieurs dizaines de membres de l’opposition iranienne ont manifesté ce jeudi à Bruxelles, dénonçant l’accord controversé avec l’Iran ainsi que l’éventuel transfèrement d’Assadi. Une audience sur l’extradition du prisonnier iranien a eu lieu au tribunal de première instance.

Temps de lecture: 2 min

Une centaine de personnes, selon un décompte des organisateurs, se sont retrouvées place Surlet de Chokier à Bruxelles, jeudi vers 11h00, pour dénoncer une nouvelle fois le traité que la Belgique a signé avec l’Iran sur l’échange de prisonniers. Le texte a été ratifié lors d’un vote à la Chambre le 20 juillet dernier.

Les manifestants ont vivement critiqué l’accord passé entre la Belgique et l’Iran, destiné à procéder à des échanges de prisonniers. Ils craignent notamment que la Belgique échange un travailleur humanitaire belge, détenu arbitrairement dans des geôles iraniennes, contre Assadollah Assadi, un Iranien condamné en Belgique à 20 ans de prison pour terrorisme.

« Accord honteux avec le régime de terreur et de massacre des mollahs, fascisme religieux », ont notamment scandé les manifestants, pour beaucoup issus de la communauté iranienne de Belgique, dont certains sont réfugiés politiques. « No free terrorist », ont-ils également crié, en référence à Assadollah Assadi. Ce diplomate iranien a été condamné en 2021 à 20 ans de prison par le tribunal d’Anvers pour avoir projeté un attentat contre des opposants au régime de Téhéran en France, en 2018. Pour les manifestants, l’accord belgo-iranien « trahit la démocratie et les droits humains ».

Certains des protestataires, ainsi que le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), ont d’ailleurs saisi la justice bruxelloise pour faire interdire tout transfèrement d’Assadollah Assadi. Ils ont obtenu gain de cause vendredi dernier devant la cour d’appel de Bruxelles qui a interdit, temporairement, à l’État belge de procéder à un tel transfert. Un débat dans lequel les deux parties auront chacune la parole est fixé le 19 septembre devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une