Accueil Culture

Le bal des mots perdus

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Chaque décennie met à la mode deux ou trois termes nouveaux. Résilience, par exemple, le mot-phare de Boris Cyrulnik n’entrait jamais dans la conversation au vingtième siècle. Si l’un de nos proches avait souffert un avatar ou pataugeait dans la mélasse, on invectivait le malheureux d’un : « Ressaisis-toi, mon vieux ! Il faut vivre chaque journée comme si c’était la dernière ! »

Aujourd’hui,le mot résilience s’invite dans n’importe quelle discussion. Cette aptitude à surmonter les traumatismes profonds signifie désormais aux yeux de la majorité « épreuves vaincues », « background » voire « courage ». J’entendais l’autre soir un journaliste sportif dire qu’il avait fallu beaucoup de résilience et de patience à l’avant-centre polonais du Bayern pour ouvrir le score à la 28e minute contre les Diables rouges ! Un emploi pour le moins inapproprié… (Final Belgique-Pologne 6-1).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs