Accueil Culture Musiques

Le Philharmonique de Berlin, autoproducteur de ses enregistrements

Les orchestres reprennent l’autoproduction de leur répertoire. Et Berlin, une fois de plus, innove

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Hormis Pappano chez Warner, Paavo Jarvi chez Erato et, récemment, Andriss Nelsons à Boston pour DG, les majors rechignent à enregistrer les orchestres symphoniques. Du symphonique de Londres (LSOLive) et de Chicago (CSOResound) à la Radio bavaroise (BR) en passant par le Concertgebouw RCO), les orchestres ont repris l’édition sur la base de l’enregistrement de leurs propres concerts, sauvant ainsi les témoignages de chefs comme Davis, Jansons ou Muti. Avec toute l’adrénaline de l’instant que cela implique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs