Accueil Sports Football Football à l'étranger Italie

«J’aime la Juventus, et je dois beaucoup à Marc Delire!»

Temps de lecture: 2 min

Votre club de cœur ?

La Juventus !

Votre plus beau souvenir ?

J’en ai deux. La remontada du Barcelone face au PSG. J’étais en larmes… Je ne savais même pas qui avait marqué le dernier goal des Catalans. Et Celtic – Barcelone, lors du 125ème anniversaire du club. Une victoire acquise à la dernière seconde. Là, le stade tremblait… pour de vrai !

Votre interview la plus surprenante ?

Avec mon grand ami László Bölöni ! Nous avons eu, lui et moi, de belles passes d’armes. C’était un personnage incroyable. Il a retiré la bonnette « 11 » du micro, le logo de la chaîne, parce qu’il avait décrété que ce chiffre portait malheur en Roumanie.

L’entraîneur le plus compliqué à interviewer ?

Je me rappelle d’Ariël Jacobs ou de Franky Vercauteren, qui étaient sous pression. Des moments compliqués mais qui te font grandir.

Le stade qui vous donne le plus de frissons ?

Les stades allemands de Dortmund et du Bayern ! Les 25.000 personnes du « Mur » jaune et le vaisseau spatial de Munich, j’aime beaucoup. Je dois quand même citer Anfiel et son « You’ll never walk alone ». Et même si je suis fan de la Juve, le stade de Naples, c’est quelque chose…

Le commentateur qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Ma référence, c’est Marc Delire. C’est le meilleur, quoi qu’en pensent certains. Il a une vraie passion, une vraie connaissance. Il est brillant, intelligent. Je lui dois beaucoup, il m’a aussi pas mal accompagné et conseillé. Dans un autre style, Philippe Hereng m’a aidé, briefé et débriefé. Au final, je me suis construit moi-même, avec mes défauts et qualités, sans copier un commentateur « modèle ». Les jeunes journalistes devraient éviter de copier… Et de gueuler dès que le ballon s’approche des seize mètres comme en France, je ne suis pas partisan.

Ce sera cocasse ce mardi, vous serez en concurrence avec Marc Delire qui commentera, lui, le match sur Proximus. Pourquoi suivre la rencontre avec vous et pas avec lui ?

Parce que c’est gratuit chez nous ! (rires). C’est drôle, je n’avais pas pensé à ça… RTL et Proximus proposent deux produits différents. Nous aurons une équipe en bord terrain avec Anne et des consultants. Le dispositif sera plus important, et c’est normal pour le retour de l’Union sur la scène européenne. Il fallait marquer le coup. Après, je ne vais pas parler de concurrence entre lui et moi. C’est positif pour le téléspectateur d’avoir autant de choix.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Italie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb