Accueil Météo

Sécheresse: 2021-2022, deux mois de juillet aux antipodes l’un de l’autre

Ce mois de juillet a été le plus sec depuis 1885, avec seulement cinq jours de pluie. Les anticyclones se sont succédé, ne laissant que peu de possibilités aux gouttes d’eau de s’installer. Un an après les inondations, nous voilà face au constat dramatique d’une aridité persistante.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Depuis plusieurs semaines déjà, les pelouses font grise mine, les feuilles des arbres se sont mises à tomber, faute de réserves d’eau suffisantes. En cause, la chaleur et la sécheresse que nous connaissons et qui n’est pas prête de s’en aller. Plusieurs provinces sont d’ailleurs placées en alerte jaune de mercredi à jeudi soir.

Au mois de juillet, il a fait chaud, très chaud. Jusqu’à 40 degrés par endroits le 19 juillet. Par contre, il n’a pas plu ou presque. A peine 5,2 millimètres de pluie ont été enregistrés dans la station d’Uccle, prise comme station de référence dans notre pays. Dans l’endroit le plus sec de Belgique, dans la province du Luxembourg, à Buzenol, il n’est tombé que 2,9 mm. L’an dernier, il était tombé 166,5 mm à la même période, un été, exceptionnel en termes de précipitations, dramatiquement marqué par les inondations. La moyenne normale pour le mois de juillet atteint, quant à elle, les 76,9 mm…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 3 août 2022, 10:16

    Le caractère "exposant 2" devient ² dans les commentaires du Soir.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 3 août 2022, 10:13

    En revanche, bravo pour l'usage du mm comme unité de mesure de la quantité de pluie au lieu du ridicule l/m² que certains voudraient nous imposer.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 3 août 2022, 10:10

    La tournure "...qui n'est pas prête de s'en aller" semble admise par l'usage. Elle est cependant absurde car on n'est pas prêt "de" quelque chose, mais "à" quelque chose. C'est donc "...qui n'est pas PRÈS de s'en aller" qu'il faudrait écrire, ce qui est d'ailleurs la tournure classique.

  • Posté par Esquenet Alexandre, mardi 2 août 2022, 17:50

    Ne vous inquiétez pas brave gens, les climatosceptiques du lesoir vous dirons vite que ça a toujours existé et que ça n'a rien à voir avec l'activité de l'homme.

  • Posté par Lahaye Olivier, mardi 2 août 2022, 8:40

    Les gens parlent des inondations de juillet 2021, mais a t’il plu autant les autres jours de juillet 2021?

Aussi en Météo

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs