Accueil Monde États-Unis

La Chine menace les Etats-Unis: ils «paieront le prix» en cas de visite de Pelosi à Taïwan

La Chine a menacé les Etats-Unis en cas d’une visite à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, affirmant que Washington devra en « payer le prix ».

Temps de lecture: 2 min

La Chine a prévenu mardi que les États-Unis porteront la « responsabilité » d’une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi lors de sa tournée asiatique et qu’ils devront en « payer le prix ».

« Les Etats-Unis auront assurément la responsabilité (des conséquences) et devront payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine », a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying. Pékin considère l’île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire, et a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de la haute responsable qui serait vécue comme une provocation majeure.

Mme Pelosi a entamé cette semaine une tournée dans plusieurs pays asiatiques qui risque de faire monter les tensions entre la Chine et les Etats-Unis en raison de cette visite à Taïwan non-confirmée mais de plus en plus probable. La présidente de la Chambre des représentants serait, si sa visite se confirme, la plus haute responsable américaine à visiter Taïwan depuis son prédécesseur Newt Gingrich en 1997.

La semaine dernière, à l’occasion d’un entretien téléphonique avec le président américain, le président chinois Xi Jinping avait appelé les Etats-Unis à ne « pas jouer avec le feu ». « Telle que nous la voyons, pareille visite semble très dangereuse et très provocatrice », a renchéri lors d’une conférence de presse l’ambassadeur chinois aux Nations unies, Zhang Jun. « Si cette visite a lieu, elle affaiblira également la relation entre la Chine et les Etats-Unis, je suis sûr que les Etats-Unis comprennent cela ».

La Russie accuse les Etats-Unis de « déstabiliser le monde »

La Russie a de son côté accusé mardi les Etats-Unis de « déstabiliser le monde » en provoquant des tensions autour de Taïwan. « Washington déstabilise le monde. Pas un seul conflit réglé dans les dernières décennies, mais plusieurs provoqués », a déclaré sur son compte Telegram la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Ces déclarations sonnent comme un retour à l’envoyeur pour Moscou, que les pays occidentaux, États-Unis en tête, accusent de déstabilisation avec son offensive militaire contre l’Ukraine. De plus en plus isolée sur la scène internationale depuis son intervention en Ukraine et souffrant économiquement des sanctions occidentales, la Russie s’efforce de se rapprocher de la Chine.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 3 août 2022, 19:08

    Il est bon de rappeler que dans les autocraties la population est contrôlée par la force; soit grâce à la désinformation; soit à coups de matraques pour les moins dociles. Et c'est cette impossibilité de "tenir la pression" de manière permanente qui a conduit l'ex-Urss a imploser en 1991. Oui, donc ... le PC chinois "risque d'en payer le prix" sur le court/moyen terme. "Trop is te veel" comme on dit !

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 4 août 2022, 13:12

    Relevons également les contradictions de nos "complotistes" appointés (Vigneron; Adolf; Staquet; Nicodème; El Cabron; Ernotte; Delhait; Gerday; etc.) lorsqu'il s'agissait de stigmatiser les (pseudo) "privations de libertés" lors de la Covid ... alors que ces mêmes décérébrés soutiennent les crimes contre le peuple Ukrainien par les envahisseurs Russes ou ceux contre les Ouïgours par les esclavagistes chinois !?

  • Posté par Patric Stun, mardi 2 août 2022, 16:33

    La question est qu'elle veut y aller suite à l'invitation de Taiwan ou simplement pour faire ch...r l'Empire du milieu. Je penche pour la seconde hypothèse. Sauf qu'il faut s'attendre à un retour de bâton car ce n'est plus la Chine de 1949.

  • Posté par Weissenberg André, mardi 2 août 2022, 13:54

    "La Russie a de son côté accusé mardi les Etats-Unis de « déstabiliser le monde » en provoquant des tensions autour de Taïwan." Le pyromane Poutine n'a sans aucun doute pas lu la Bible, en particulier cette étrange histoire de paille et de poutre ... À la place de Biden, en guise de réponse du berger à la bergère, je ne laisserais planer aucun doute sur mon approbation à la fourniture à l'Ukraine, en cas de demande en ce sens, du matériel et des informations nécessaires pour pouvoir éliminer Poutine à la manière du chef d'Al-Qaïda. Dans le style Ponce Pilate le plus pur: faites de lui ce que vous voulez, il est à vous. Ca fera réfléchir à deux fois Xi Jinping aussi, avant de tenter quelque chose contre Taïwan qu'il serait susceptible de regretter très rapidement, en particulier vu les tensions actuelles au sein du PCC (lire le numéro de Foreign Affairs de Mars/Avril 2022) ...

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 2 août 2022, 12:49

    Je trouvai cette visite de Nancy (que j'apprécie énormément) à Taiwan un peu "inopportune" . Mais en lisant les dernières menaces GROSSIÈRES proférées par l'autocratie chinoise (et le ventriloque Russe); il FAUT qu'elle s'y rende pour montrer à ces merdes Kolonialistes ... que le monde n'est PAS à leurs bottes (voyez les Ouïgours, Hong Kong, les menaces au large du Vietnam ; des Philipines; etc ... ).

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Reportage L’étrange campagne kamikaze de Liz Cheney dans l’Ouest américain

La Républicaine Liz Cheney joue mardi sa réélection à la Chambre américaine des représentants dans le Wyoming. Mais, dans le « Cowboy State », l’antitrumpiste passe pour une Washingtonienne distante, obsédée par sa propre étoile. Ce qui, d’après les sondages, fait pencher la balance en faveur de Harriet Hageman, candidate inconnue entrée en lice sous la bannière vengeresse de Donald Trump.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une