Accueil Société

Ce qui la condamnait d’avance l’a innocentée au procès

Ce nouvel épisode de notre série sur les grands acquittements aux assises, celui de Bouchra, retrace l’histoire d’une étudiante bruxelloise qui avait 18 ans lorsque son petit frère de 4 ans est décédé alors qu’il était sous sa garde. Trop vite, l’enquête s’était enfermée dans un scénario de culpabilité sur la base d’une trace sur le cou de l’enfant. Le « rouleau compresseur » de la justice a fait le reste.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

Le 15 mars 2018 devant la cour d’assises de Bruxelles, Bouchra, 20 ans, accusée de l’assassinat de son petit frère de quatre ans, a droit à quelques derniers mots avant que les jurés partent délibérer sur sa culpabilité. L’émotion submerge cette jeune femme discrète aux cheveux noirs de jais relevés en arrière et au corps caché par une blouse grise difforme. Soufiane lui manque énormément, confie-t-elle ; elle n’a « pas de mot » pour décrire le vide qu’elle ressent. Ce gosse, « c’était toute sa vie », avait exposé son petit ami durant le procès.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs