Accueil Culture Arts plastiques

Simon Vansteenwinckel et les mystères de Wuhan

Inconnu de la quasi-totalité de la planète, le nom de Wuhan a soudain été projeté au centre de l’actualité en tant que point de départ supposé de la pandémie du covid. Le photographe belge a voulu en savoir plus.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 2 min

En temps normal, des dizaines de photographes se seraient précipités en Chine afin de ramener des images exclusives de Wuhan, cette ville inconnue qu’on accusait soudain d’être le point de départ de la pandémie.

Mais les temps normaux n’avaient plus cours. La population mondiale était confinée, les avions cloués au sol, Wuhan coupée du reste du monde par les autorités chinoises… Alors, confiné comme des millions d’autres, Simon Vansteenwinckel s’interroge : « Je me suis demandé comment persister à être curieux, à voyager, regarder et aller vers l’autre, continuer à prôner l’ouverture plutôt que le repli sur soi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs