Et le gagnant sera… Dewin!

Les travaux de restauration de sa maison personnelle au 151 avenue Molière achevés, la publication d’un dossier spécial de la Région de Bruxelles-Capitale et les travaux de l’hôtel communal de Forest en cours sont autant d’événements qui ont permis et permettent de découvrir et redécouvrir l’œuvre de Jean-Baptiste Dewin, figure majeure de l’architecture bruxelloise.

Jean-Baptiste Dewin (1873-1948), architecte connu pour sa dimension humaine et son sens du détail est notamment l’auteur de la Maison Communale de Forest, de bâtiments hospitaliers tels que l’hôpital Saint-Pierre ou l’Institut chirurgical Berkendael (ancien complexe de la Croix-Rouge) place Brugmann, et de nombreuses maisons particulières dans les communes d’Anderlecht, Bruxelles, Forest, Ixelles et Molenbeek…

Or, si l’ensemble de son travail est aujourd’hui identifié, il est urgent d’y jeter un regard particulièrement attentif et surtout de faire preuve d’ambition à la fois pour sa préservation et pour la conservation du contexte dans lequel chacun de ses bâtiments a été conçu.

Maison de Jean-Baptiste Dewin, avenue Molière.
Maison de Jean-Baptiste Dewin, avenue Molière. - Le Soir

Une propriété totalement préservée

Une de ses œuvres maîtresses est située à proximité de l’avenue Molière à Forest au 29-33, rue Meyerbeer : il s’agit de la villa commanditée par l’industriel Jean Danckaert en 1922 et édifiée au sein d’un jardin paysager planté, sur tout son pourtour, d’arbres aujourd’hui presque centenaires.

La propriété originelle occupait l’angle des rues Meyerbeer et de la Mutualité, la villa étant flanquée sur son côté d’un petit pavillon mitoyen qui, dans les années 50, a été transformé en habitation plus spacieuse pour les enfants des propriétaires. À l’exception de cette modification, la propriété, restée aux mains de la famille jusqu’il y a peu, a été totalement préservée.

Dans la villa, vitraux, et lambris ont été réalisés par les ateliers courtraisiens De Coene. Avec les marbres, les fers forgés et les pierres sculptées en façade, ils portent indéniablement la signature de Dewin ; mais plus étonnant encore est l’état de conservation des bains, de la cuisine et de son office et de rangements originaux formant décor sur les paliers.

Le jardin à l’anglaise, lui aussi, n’a rien perdu de son charme originel ; si les vues aériennes entre 1930 et aujourd’hui montrent l’évolution de la végétation, les tracés de promenade sont restés identiques et la roseraie, visible de la rue, continue de ravir les passants. Conçue pour ouvrir diverses perspectives sur son jardin, la villa forme avec lui un ensemble cohérent et indissociable.

L’intérêt historique et esthétique de l’ensemble n’a pas échappé à la Commission Royale des Monuments et Sites qui a pris la décision de proposer le classement pour totalité de la maison et de son jardin et remarque notamment que si « plusieurs maisons remarquables de Dewin datant de la première période ont été classées  », « aucune maison datant de l’Entre-deux-guerres n’a été protégée jusqu’ici alors que la carrière de l’architecte a connu de nouveaux développements et une belle ampleur durant cette période ».

« Une séquence urbaine inattendue »

Par ailleurs, la CRMS note que si plusieurs immeubles protégés ont été « altérés, transformés et/ou profondément dénaturés », ce n’est pas le cas de cette villa, dont la typologie, par ailleurs, lui donne un statut particulier qui témoigne de la manière non conventionnelle dont Jean-Baptiste Dewin a traité un programme somme toute assez classique pour en faire une séquence urbaine inattendue, à mi-chemin entre l’hôtel de maître et la « campagne ».

Soumise à la Direction des Monuments et Sites début octobre, la proposition a été actée en décembre par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Tout irait donc bien dans le meilleur des mondes si, récemment, un tout autre développement du devenir de la propriété n’avait pas eu lieu. Achetée par un promoteur immobilier, la totalité de la propriété d’origine a fait l’objet d’une redistribution des parcelles : la villa de Dewin, à l’exception de quelques mètres est désormais amputée de la totalité de son jardin. Le promoteur entend démolir la maison contiguë, abattre tous les arbres à front de rue et en fond de parcelle, et ériger en lieu et place un immeuble de plus de 50 appartements et 80 emplacements de parking.

Une perspective de sauvetage

Face au mépris témoigné par le promoteur pour les multiples facettes de l’intérêt que présentent l’œuvre de Dewin et son contexte, le voisinage a accueilli la proposition de classement de la maison et du jardin comme perspective de sauvetage et l’a relayée par un appel à pétition et une campagne d’information via le site www.notrehistoire.be.

À ce jour, la pétition a recueilli près de 2000 signatures et la campagne a reçu l’appui d’associations œuvrant pour le patrimoine, d’institutions publiques, d’architectes, de journalistes, d’écrivains… tous soucieux du sort réservé à cet ensemble.

Forts de ces réactions et conscients de l’intérêt que provoque la question du patrimoine et sa sauvegarde – à en juger notamment l’affluence lors des Journées du Patrimoine dans tout le pays — nous demandons au Ministre-Président Vervoort et au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale de s’allier à ses concitoyens en se prononçant en faveur de la protection du patrimoine et en privilégiant la préservation de l’environnement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • RTS2PXYQ

    Par Marc Roche

    Chroniques

    Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

  • CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

  • Image=d-20200223-GF45J9_high[1]

    Par Jean-Yves Pranchère, Justine Lacroix, David Berliner, Aude Merlin, Pascal Delwit, Abdelalli Hajjat, Amandine Lauro, David Paternotte, Valérie Piette, Andrea Rea, Laurence Rosier, Jean-Philippe Schreiber, Corinne Torrekens (professeur.e.s à l’ULB)

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Alost: le rire, notre honte»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite